Mondial de handball 2019 : Luka Karabatic, une première sans son frère Nikola

A 30 ans, le cadet des Karabatic est devenu un véritable patron des Bleus. [Icon Sport]

C'est une première. Habitué à disputer une compétition internationale aux côtés de son frère Nikola, Luka Karabatic devra finalement faire sans lui pour le Mondial de handball 2019 (10-27 janvier).

«Démarrer cette campagne sans Niko, c’est particulier.» De son propre aveu, ne pas être au côté de son frère sera très spécial pour Luka Karabatic. Alors que les amateurs de handball ont l’habitude de voir les deux frangins toujours ensemble en club – sauf à l’époque où Nikola est parti évoluer au FC Barcelone – et en sélection depuis 2014, ce ne sera pas le cas en Allemagne et au Danemark pour ce Championnat du monde 2019.

Luka est devenu un patron

La faute à une blessure au pied qui l’empêche d’être présent dans la liste des convoqués par Didier Dinart. Reste que le cadet des Karabatic (30 ans) ne sera pas «perdu». Bien au contraire, désormais il fait partie des joueurs les plus expérimentés des doubles champions du monde en titre avec Michael Guigou, Luc Abalo, Valentin Porte et Cédric Sorhaindo. Il est devenu un patron des Tricolores depuis son arrivée en Bleu en 2014. «Personnellement, le fait d’être le seul Karabatic ne me mettra pas plus de pression, a-t-il indiqué. Je ne suis pas nouveau dans le 'game', tout le monde fait la différence entre Nikola et Luka. Et il y aura tellement de grands joueurs dans ce Mondial sur qui pointer les projecteurs.»

Cela lui fera quand même quelque chose en dehors du terrain. «On est très proches l’un de l’autre, a confié Luka. Je suis sans mon colocataire habituel. Du coup, je me retrouve dans la chambre avec Nedim Remili, mon coéquipier en club.»

Reste que son absence qui pourrait peser sur l’équipe de France. L’aura de l’aîné des Karabatic reste très importante au sein du collectif tricolore. «C’est particulier pour tout le monde, pas seulement pour moi, a confié le demi-centre du PSG. Il a toujours été un leader, un atout majeur, et il va falloir apprendre à vivre sans lui.» 

Une chance de voir Nikola quand même ?

«C’est la première fois dans une grande compétition, donc on va tous devoir donner un peu plus, être impliqué à 100% pour pallier son absence. On passera par des moments difficiles, c'est sûr, mais on sait qu'on peut faire quelque chose. Qu’il soit là ou non, l’objectif c’est le titre bien sûr.»

Malgré tout, le sélectionneur ne désespère pas de le voir remis sur pied pendant la compétition. «Si on a la chance d’avoir Niko dans un état de forme physique optimal, on ne s’en privera pas», a indiqué le sélectionneur, qui a inclus le joueur du PSG Handball dans sa liste élargie des 28 pré-sélectionnés et pourrait faire appel à lui dans le cadre des trois modifications dans l’effectif autorisées au cours de la compétition.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles