Qu'est-ce que la drépanocytose, la maladie dont souffre Jo-Wilfried Tsonga ?

La drépanocytose est une maladie génétique héréditaire. [ASANKA BRENDON RATNAYAKE / AFP]

Engagé à l’Open d’Australie, le Français Jo-Wilfried Tsonga a confié dans les colonnes de l’Equipe souffrir de la drépanocytose. Une maladie génétique qui handicape le joueur dans sa carrière de sportif.

«J’ai un problème avec l’avion. Un problème de sang. Quand je prends l’avion, je mets deux, trois jours à m’en remettre. En fait, ça a été diagnostiqué très tard, il y a cinq ans seulement. Dans la vie quotidienne, ça ne m’empêche en rien mais quand je prends l’avion, ça me met HS pendant deux, trois jours», souligne le joueur de tennis.

La drépanocytose est une maladie génétique du sang, qui affecte plus précisément l’hémoglobine des globules rouges.

Chez les personnes souffrant de drépanocytose, «l’hémoglobine est anormale. Quand la concentration en oxygène diminue, elle déforme les globules rouges», explique l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale).

En altitude, la concentration en oxygène se trouve modifiée. C’est donc précisément pour cette raison que les voyages en avion s’avèrent pénibles pour Jo-Wilfried Tsonga. D’autant plus qu’en tant que sportif de haut niveau, il est amené à voyager très souvent.

Anémie et douleurs aigues

Les symptômes les plus courants de la drépanocytose sont l’anémie, qui entraîne une importante fatigue, et les crises vaso-occlusives, qui provoquent des douleurs aigues dans les os, les articulations des bras et des jambes, le dos ou la poitrine.

«Pendant des années, quand je m’entraînais avec Wino (Eric Winogradsky, il me disait : ‘tu te fous de ma gueule ou quoi, pourquoi tu ne bouges pas les jambes là ?’ Je lui répondais : ‘je te jure, je bouge les jambes, je suis à fond !’ Je n’avais pas du tout le même rendement sur les jours qui suivaient un voyage en avion», souligne le tennisman.

Les personnes atteintes de la maladie sont également plus sensibles aux infections.

A ce jour il n’existe aucun médicament ou traitement permettant de guérir de la drépanocytose. La prise en charge de cette maladie héréditaire, qui concerne 1 naissance sur 1.900 en France vise principalement à soulager les douleurs en période de crise et à prévenir les infections. Dans les formes les plus sévères de la maladie, la greffe de moelle osseuse est le seul traitement.

Provoquée par la mutation d’un gène, la drépanocytose fait l’objet d’intenses recherches, notamment génétiques.

Depuis qu'il a découvert sa maladie, Jo-Wilfried Tsonga a adapté sa carrière : «maintenant, quand je vais loin dans un tournoi, j'essaie de gérer au mieux mes déplacements»

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles