Open d'Australie : Lucas Pouille file en quarts de finale

Lucas Pouille n'avait plus atteint les quarts de finale d'un Grand Chelem depuis l'US Open en 2016. Lucas Pouille n'avait plus atteint les quarts de finale d'un Grand Chelem depuis l'US Open en 2016.[David Woodley / Actionplus / Icon Sport]

Lucas Pouille a écarté, ce lundi, le Croate Borna Coric (6-7, 6-4, 7-5, 7-5) pour se hisser en quarts de finale de l'Open d'Australie. Dernier Français encore en lice à Melbourne, le Nordiste sera opposé au Canadien Milos Raonic pour une place dans le dernier carré. 

Une accolade avec son adversaire, une poignée de main avec l’arbitre et un énorme cri de joie. Libérateur. Comme un exutoire pour extraire toute la frustration née d’une année 2018 laborieuse et affirmer son retour au premier plan. Même s’il encore un peu tôt pour imaginer Lucas Pouille retrouver le top 10. Le Nordiste, retombé au 31e rang mondial, n’était pourtant pas loin d’en afficher le niveau pour se défaire du Croate et atteindre, près de deux ans et demi plus tard, un troisième quart de finale en Grand Chelem (après Wimbledon et l’US Open en 2016), le premier à l’Open d’Australie.

Comme au tour précédent, le Tricolore a notamment fait preuve de ressources mentales, qui s’étaient évaporées dans la nature ces derniers mois, pour rester dans la partie malgré un break d’entrée et la perte frustrante du premier set au tie break. Si le Lucas Pouille des dernières semaines aurait pu se désunir, voire sombrer, celui entrevu depuis le début de la quinzaine n’a pas paniqué et a même accentué la pression sur un adversaire contre lequel il avait perdu ses deux derniers matchs. «Peu importe les situations, j’ai réussi à rester concentré sur le plan qu’on avait mis en place», s’est-il félicité au terme de la rencontre.

Très solide sur son service (65% de premières balles) et agressif en retour, le protégé d’Amélie Mauresmo a logiquement recollé à une manche partout et n’a jamais relâché l’étau pour s’emparer ensuite du 3e set, breaker d’entrée dans le 4e, finalement conclu au tie break, et franchir un nouveau tour à Melbourne, où il n’avait jamais gagné un match en cinq participations. «Il y a beaucoup de joie et de bonheur d’être de nouveau en quart de finale d’un Grand Chelem. (…) Mais j’ai forcément envie d’aller plus loin», a confié Pouille.

Pour se hisser dans le dernier carré, il va devoir franchir l’obstacle Milos Raonic et son service redoutable. «Pour moi, il est le meilleur serveur au monde avec une grande qualité de première et deuxième balle», a-t-il insisté. Et Lucas Pouille sait de quoi il parle pour n’avoir jamais battu, ni glané le moindre set en trois confrontations contre le Canadien. Mais cet Open d’Australie semble être le tournoi des premières pour Lucas Pouille.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles