Rennes-Betis Séville, 16e de finale aller de la Ligue Europa : à quelle heure et sur quelle chaine ?

Les Rennais vont disputer le premier 16e de finale européen de leur histoire. Les Rennais vont disputer le premier 16e de finale européen de leur histoire.[Anthony Dibon/Icon Sport]

Le Stade Rennais reçoit jeudi 14 février, le Betis Séville en 16e de finale aller de la Ligue Europa. La rencontre est à suivre en direct et en intégralité à partir de 18h55 sur RMC Story et RMC Sport 1.

Rennes est en ébullition. Et le Roazhon Park prêt à frémir de plaisir. Le Stade Rennais s’apprête à disputer le premier 16e de Ligue européen de son histoire. Un événement pour toute une ville et un club, peu habitués à vivre ce genre de rendez-vous. «Il y a un engouement très fort. Ça doit nous servir. Mais il va falloir bien maîtriser ses émotions, ne pas confondre motivation et excitation. Il faudra garder la tête bien froide», a insisté l’entraîneur Julien Stéphan, pour éviter ne pas être submerger par les émotions.

D’autant que la venue du Betis Séville arrive au meilleur moment pour le club breton, qui reste sur trois victoires consécutives, dont la dernière probante, le week-end dernier, contre Saint-Etienne (3-0). De son côté, la formation espagnole (7e de Liga) alterne le bon et le moins bon, à l’image de son récent succès contre l’Atlético (1-0) et le cinglant revers à Leganés (3-0). Un motif d’espoir pour Stéphan, même s’il place son équipe dans la peau du «challenger» face aux Sévillans dont il n’a pas manqué de vanter les mérites.

«C’est une équipe qui base beaucoup son jeu sur la possession. C'est la 5e possession européenne depuis le début de saison, donc c'est une équipe qui aime bien avoir la maîtrise du ballon, qui a de très bons joueurs. Quand on les regarde jouer, c'est plaisant. Mais il est déjà arrivé que des challengers battent des favoris», a-t-il glissé. Mais Rennes a de sérieux atouts, comme «l’état d’esprit, l’organisation, la discipline, le talent des joueurs, et la capacité à produire du jeu», pour contrarier les Andalous. «On a des arguments pour les embêter, a indiqué Julien Stéphan. Mais il va falloir réussir un gros match». Pour aborder le retour, la semaine prochaine dans les meilleures conditions et espérer poursuivre leur épopée. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles