Ligue 1 : Lyon, battu 2-1 à Nantes, concède une troisième défaite de suite

Le gardien de Lyon Anthony Lopes laisse rentrer le ballon lors de la défaite à Nantes 2-1 en 32e journée de L1 le 12 avril 2019 [SEBASTIEN SALOM GOMIS / AFP] Lyon va devoir rebondir contre Angers le week-end prochain s'il veut que le Lyon-Lille de la 35e journée ait un enjeu. [SEBASTIEN SALOM GOMIS / AFP]

Lyon, battu 2-1 à Nantes lors de la 32e journée de Ligue 1 vendredi soir, a concédé une troisième défaite de suite et n'avance plus dans le sprint final vers la Ligue des champions.

Lyon reste à 56 points et ne pourra donc pas se rapprocher de Lille, 2e avec 61 unités, mais qui reçoit le PSG dimanche. Pire, l'OL pourrait voir Saint-Étienne revenir à trois longueurs en cas de succès dimanche contre Bordeaux.

Pour Nantes en revanche, ces trois unités supplémentaires qui portent son total à 34 sont synonymes de maintien quasiment assuré.

Après deux défaites douloureuses à domicile, on guettait forcément la réaction lyonnaise. Au coup d'envoi, Bruno Genesio avait opté pour un 4-3-3 en laissant sur le banc Marcelo, Nabil Fekir et Memphis Depay. Trois joueurs aux performances décevantes récemment, mais aussi impliqués, avec le latéral Ferland Mendy, absent de la feuille de match car insuffisamment remis, de deux altercations pendant la semaine à l'entraînement, selon Canal+.

Signe d'une saine agressivité de retour ou d'une trop grande nervosité ? Le match laisse plutôt penser à la seconde hypothèse, tant Lyon a manqué de mordant, se montrant incapable d'être réellement dangereux pendant la première demi-heure, hormis une frappe de Moussa Dembélé face à laquelle Ciprian Tatarusanu a bien serré les jambes (8e).

Nouveau coup dur

La sortie sur blessure à la cheville gauche de Lucas Tousart (33e) a été un nouveau coup dur pour l'OL, mais que Bruno Genesio a tenté de mettre à profit en réorganisant son équipe en 4-2-3-1.

Après une longue hésitation, il a choisi de faire entrer Memphis Depay plutôt que Pape Cheikh Diop, espérant donner plus de poids à son attaque. Sans grande réussite, hélas.

Certes, Martin Terrier a égalisé peu après d'une frappe chirurgicale poteau rentrant (1-1, 41e), ouvrant la plus belle période lyonnaise du match à cheval sur la mi-temps. Depay d'une tentative de lob spontanée (44e), un cafouillage dans la surface au cours de laquelle Terrier puis Houssem Aouar auraient pu marquer, ou encore un centre-tir vicieux de Terrier bien dévié par Tatarusanu (64e) ont fait illusion. Mais il manque trop de choses à ce Lyon-là pour maîtriser son destin et Nantes, bien plus combattif que lors de ses dernières sorties, n'a pas volé son succès.

L'ouverture du score est venue d'une erreur d'alignement de Kenny Tete, aligné dans l'axe défensif aux côtés de Jason Denayer, sur une ouverture de Majeed Waris à destination de Kalifa Coulibaly qui allait tromper, grâce à sa pointe de vitesse fort respectable pour un joueur de 1,97 m, Anthony Lopes un peu hésitant dans sa sortie (1-0, 11e). Et le coup-franc dans la lucarne d'Anthony Limbombe, sa seule action d'éclat du match, qui a offert les trois points précieux à Nantes (2-1, 83e) ne doit rien à personne.

Lyon va devoir rebondir contre Angers le week-end prochain s'il veut que le Lyon-Lille de la 35e journée ait un enjeu.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles