Cris racistes et banderole pro-Mussolini : les supporters de la Lazio créent la polémique

Tiémoué Bakayoko avait déjà été pris pour cible par des supporters de la Lazio. [LaPresse / Icon Sport]

L’Italie a de nouveau été le théâtre de scènes racistes à l’occasion du match de football opposant la Lazio Rome à l’AC Milan.

Dès l’échauffement, le joueur français de l’AC Milan, Tiémoué Bakayoko a été visé par un chant raciste «Cette banane est pour Bakayoko», émanant de certains supporters de la Lazio. Ce «chant» avait déjà ciblé le footballeur lors d'un précédent match de la Lazio. 

Après le coup d’envoi, Tiémoué Bakayoko ainsi que son coéquipier Franck Kessié ont été sifflés à chaque fois qu’ils touchaient le ballon. Selon L’Equipe, des bananes gonflables ont également été agitées dans les tribunes. Les chants se sont poursuivis à l’issue du match, dont le club romain est sorti vainqueur (1-0).

Banderole en «honneur à Benito Mussolini»

L’avant-match avait également été marqué par le déploiement dans les rues de Milan d’une banderole en «honneur à Benito Mussolini». Le groupe a également effectué des saluts fascistes. Selon les médias italiens, la banderole était signée IRR, laissant à penser qu’il s’agirait de membres des Irriducibili, un groupe d’ultras de la Lazio.

Cette soirée s’inscrit dans une succession d’actes racistes dans plusieurs stades européens depuis de nombreuses semaines. Début avril, en Italie déjà, Blaise Matuidi et Moise Kean (Juventus Turin) avaient été victimes de cris racistes lors d’une rencontre face à Cagliari. Quelques jours plus tard, en France, le match Dijon-Amiens avait été interrompu à la suite de cris de singe adressés au capitaine amiénois Prince Gouano.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles