Barcelone, PSG, Manchester United… quelle destination pour Antoine Griezmann ?

Antoine Griezmann est pressenti du côté du FC Barcelone. Antoine Griezmann est pressenti du côté du FC Barcelone.[Joan Monfort / Marca / Icon Sport]

Antoine Griezmann portera, samedi, le maillot de l’Atletico Madrid pour la dernière fois. Après cinq saisons passées au sein des Colchoneros, l’attaquant tricolore a décidé de tenter une nouvelle aventure et «relever de nouveaux défis». Mais reste à savoir où il ouvrira le troisième chapitre de sa carrière.

Dans la vidéo de l’annonce de son départ, le champion du monde est resté muet sur sa future destination. Un silence qui laisse planer le doute et alimente toutes les possibilités, même si un club se dégage dans la multitude de prétendants, Barcelone. D’un côté comme de l’autre, on se tourne autour de longue date. L’été dernier, les discussions entre les deux parties étaient même très avancées et le natif de Macon était tout proche de s’engager. Mais il avait fini par se rétracter et décidé de prolonger à l’Atlético, annonçant sa «Décision» pendant la Coupe du monde en Russie dans une mise en scène qui avait fait couler beaucoup d’encre.

Cette fois, il n’y aura pas de marche arrière. L’intérêt du Barça est toujours réel, et s'est même renforcé depuis la «remontada» en demi-finale retour de la Ligue des champions à Liverpool. Les dirigeants veulent rebâtir une équipe capable de remonter sur le toit de l’Europe.

De son côté, à 28 ans, le 3e du dernier Ballon d’Or n’a pas l’intention de laisser passer cette nouvelle opportunité de rejoindre l’un des plus grands clubs du monde, susceptible de lui permettre de remporter la Liga qu’il chérit tant et surtout la Ligue des champions. Il devra néanmoins faire face à la défiance des socios, qui n’avaient pas du tout apprécié sa volte-face.

Une clause libératoire du 120 millions d'euros au 1er juillet

Mais Antoine Griezmann n’a pas encore posé ses valises en Catalogne et d’autres clubs sont à l’affût. À commencer par le PSG, où il est très apprécié du président Nasser al-Khelaïfi. Il pourrait venir suppléer Edinson Cavani, annoncé sur le départ ces dernières semaines et convoité notamment par… l’Atlético Madrid. Seul problème, le numéro 7 des Bleus s’est souvent montré réticent à l’idée de venir jouer en France. Tout comme le fair-play financier, sa relation technique avec Kylian Mbappé, qui fait débat en équipe de France, pourrait également être un frein à sa venue. Son entourage ne ferme cependant pas la porte.

Comme il reste attentif aux avances de Manchester United. Un club qui ne laisse pas insensible Griezmann, dont l’idole n’était autre que David Beckham. Sauf que l’absence de Ligue des champions la saison prochaine et le probable départ de son pote Paul Pogba réduisent pratiquement à néant les chances de le voir rallier le nord de l’Angleterre.

Le Bayern Munich fait partie aussi des possibilités. En Allemagne, il retrouverait Lucas Hernandez, qui s’est s’engagé avec le club bavarois, et serait le successeur tout trouvé d’un autre numéro 7 français, Franck Ribéry.

A moins qu’il ne décide de suivre son grand ami Diego Godin, annoncé du côté de l’Inter Milan. La saison 2 du feuilleton «Griezmann» ne fait donc peut-être que commencer. Et l’épisode finale ne devrait pas être connu avant le 1er juillet, date à laquelle sa clause libératoire passera de 200 à 120 millions d’euros.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles