Golden State entre un peu plus dans l’histoire avec une cinquième finale NBA consécutive

Les Californiens ont égalé les Bostons Celtics des années 1960 avec cinq finales NBA de suite. [SUSA / Icon Sport]

La légende est en marche. Golden State s’est hissé en finale NBA pour la cinquième année consécutive après sa quatrième victoire sur Portland dans la nuit de lundi à mardi.

Plus fort que le Chicago Bulls de Michael Jordan ou que les Los Angeles des époques Magic Johnson ou de Kobe Bryant, voici les Warriors de Stephen Curry. En allant s’imposer une deuxième fois de suite sur le parquet des Blazers (119-117), les Californiens ont égalé les Bostons Celtics des années 1960 avec une qualification pour une cinquième finale NBA consécutive (mais trois de moins que LeBron James qui est allé huit fois de suite en finale entre 2011 et 2018).

«J’espère que ce qu’on a accompli ne va pas passer inaperçu : se qualifier pour cinq finales de suite, c’est vraiment difficile, cela en dit beaucoup sur l’état d'esprit de mes joueurs, de leur motivation et leur constante remise en question», s’est réjoui Steve Kerr.

Sans Durant, Cousins ni Iguodala

Vainqueurs sans appel (4-0) de cette finale de conférence Ouest, les Warriors ont encore pu s’appuyer sur un énorme Steph Curry, qui a inscrit 37 points et tourne à une moyenne de 36,5 points par match sur les cinq derniers matchs. Le triple champion NBA et double MVP a d’ailleurs fini la rencontre avec un «triple double» avec 13 rebonds et 11 passes décisives. Comme son coéquipier Draymond Green, ce qui permet au duo d'entrer dans l'histoire comme les premiers joueurs d'une même équipe à réaliser un «triple-double» dans un match de playoffs.

Et ce n’est pas tout. Il est aussi devenu le premier joueur dans l’histoire à marquer plus de 25 paniers à trois points lors des quatre premiers matchs d’une série de play-offs.

Plutôt pas mal pour une équipe privée depuis trois matchs de Kevin Durant. Mais aussi de leur pivot DeMarcus Cousins depuis le deuxième match du premier tour des playoffs, et d'Andre Iguodala dans ce Game 4. «C’est marrant, car beaucoup de gens disaient que notre équipe n’avait pas de profondeur de banc et que cela pouvait être notre point faible, a confié Curry. Mais cette série a montré qu’on avait beaucoup de ressources.»

Désormais, les Warriors vont pouvoir se reposer, prendre soin des blessés (qui pourraient tous revenir d'ici la finale), et attendre patiemment de connaître le nom de leur prochain adversaire. Les finales NBA ne commenceront que le 30 mai prochain. Les Bucks de Milwaukee, meilleure équipe de la saison régulière, mènent actuellement 2-1 face à Toronto en finale de conférence Est. Une série qui se terminera au plus tôt ce jeudi.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles