La finale retour de la Ligue des champions africaine sera rejouée sur terrain neutre après la CAN

[FETHI BELAID / AFP]

Après l’incroyable fiasco de la finale retour de la Ligue des champions africaine entre l’Espérance Tunis et le Wydad Casablanca, interrompue pour cause de défaillance du VAR, la CAF va faire rejouer le match.

«Les conditions de jeu et de sécurité n'étaient pas réunies lors du match retour de la finale de la Ligue de champions de la CAF, empêchant le match d'arriver à son terme. En conséquence, le match retour devra être rejoué sur un terrain en dehors du territoire tunisien», a déclaré le conseiller du président Hédi Hamel. «Le match se jouera après la CAN à une date qui sera programmée. Il faut que la direction des compétitions prenne la mesure de ce qui vient d'être décidé», a-t-il poursuivi.

Réunie à Paris depuis mardi, la Confédération africaine de football devait statuer sur l’attribution controversée du titre aux Tunisiens. Pour rappel, après un nul au Maroc lors du match aller (1-1) de finale de Ligue des champions africaine, les deux formations se retrouvaient une semaine plus tard à Radès. Alors qu’ils menaient 1-0, les joueurs de l’Espérance ont vu les Casablancais égaliser à l’heure de jeu. Mais l’arbitre signalait un hors-jeu sans faire appel à l’arbitrage vidéo précisant qu’il ne fonctionnait pas, ce qui a provoqué la colère du camp marocain.

Les joueurs du WAC ne souhaitant pas reprendre dans ses conditions, la rencontre a alors été interrompue pendant un peu plus d’heure jusqu’à ce que le corps arbitral ne décide de mettre fin au match et de titrer les joueurs tunisiens.

De très lourdes sanctions à venir ?

L’Egypte, qui va accueillir la CAN 2019 dans quelques jours (21 juin-19 juillet), devrait être choisie.

Mais ce n’est pas tout. En plus de créer un précédent, cette décision inédite pose plusieurs questions, notamment au niveau du règlement et de la logistique, laissant présager que la coupe et les médailles que doit rendre le club tunisien, resteront encore un temps au Caire, au siège de la CAF. Les principes de l'Ifab, l'instance garante des règles du jeu dans le foot, stipulent qu'un match ne peut pas être invalidé par une défaillance de la VAR. Le propre règlement de la compétition écrit par la CAF prévoit également que si une équipe se retire du second match de la finale, en dépit des circonstances, l'autre est sacrée.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles