Coupe du monde féminine : La Chine envoie l'Allemagne... et les Bleues en 8e de finale

Les Chinoises (g) heureuses après leur victoire contre l'Afrique du Sud au Mondial féminin, le 13 juin 2019 au Parc des Princes à Paris    [Lionel BONAVENTURE / AFP] Les Chinoises (g) heureuses après leur victoire contre l'Afrique du Sud au Mondial féminin, le 13 juin 2019 au Parc des Princes à Paris. [Lionel BONAVENTURE / AFP]

La bonheur de la Chine est contagieux : son succès contre l'Afrique du Sud (1-0) jeudi propulse l'Allemagne et surtout la France, pays organisateur, en huitièmes de finale du Mondial féminin.

Quatre jours avant leur dernier match de poule, à Rennes contre le Nigeria, les Bleues sont assurées de terminer au pire parmi les quatre meilleures «troisièmes» de groupe.

Les joueuses de Corinne Diacre auront sûrement à coeur de réaliser un sans faute, après leurs victoires initiales contre la Corée du Sud (4-0) et la Norvège (2-1), mais cela leur permet d'aborder encore plus sereinement leur dernier match de poule en Bretagne.

Le court succès des Chinoises fait également les affaires de l'Allemagne, prétendant comme la France au titre mondial, assuré de finir dans les deux premières places qualificatives du groupe B.

Dans un Parc des princes à moitié rempli, la Chine a fait honneur à son rang de 16e nation au classement Fifa devant des «Banyana Banyana» (49e rang mondiale) courageuses mais peu dangereuses pour le second match de leur histoire en Coupe du monde.

Les Chinoises ont fait le siège de la gardienne sud-africaine avant de trouver la solution par Li Ying (40e). La N.10 a jeté sa jambe gauche pour reprendre victorieusement, du tibia, un centre de Zhang Rui venu de la droite.

Ce but à l'arraché permet à l'équipe de Chine d'effacer quelque peu la désillusion du match précédent, où elle s'était inclinée de justesse (0-1) face à l'Allemagne, une des nations favorites pour le sacre mondial.

Là voilà revenue à la hauteur de l'Espagne (3 points également), son prochain adversaire lundi au Havre et surtout son plus sérieux concurrent dans le groupe B. La rencontre dans la cité normande aura un air de «petite finale» pour la qualification en huitième de finale.

«L'Espagne est une équipe très forte, ils ont un style traditionnel qui ressemble à la sélection masculine», mais «j'espère que les joueuses vont pouvoir déployer leur potentiel», a lancé le sélectionneur chinois, Jia Xiuquan.

Kgatlana trop seule

La Chinoise Haiyan Wu (d) à la lutte avec la Sud-Africaine Thembi Kgatlana au Mondial féminin, le 13 juin 2019 au Parc des Princes  [Lionel BONAVENTURE / AFP]
La Chinoise Haiyan Wu (d) à la lutte avec la Sud-Africaine Thembi Kgatlana au Mondial féminin, le 13 juin 2019 au Parc des Princes [Lionel BONAVENTURE / AFP]

Si la victoire des Chinoises ne souffre d'aucune contestation, elles ont cependant eu du mal à concrétiser leurs temps forts jeudi, par manque de précision plus que d'occasions.

Elles en ont eu à la pelle, notamment par la «locale» Wang Shuang, mais les tentatives de la jeune attaquante du Paris SG (33e, 84e) n'ont pas fait mouche.

Deux minutes après avoir marqué, elles ont failli récidiver sur une tête de Wang Shanshan (42e). La barre transversale puis la «goal line technology», qui a photographié le ballon sur la ligne de but, ont refusé le 2-0. Yang Li a eu sa chance aussi en toute fin de partie mais la gardienne a repoussé sa frappe à bout portant (90e).

Volontaires mais très maladroites, les Sud-Africaines n'ont eu que quelques contre-attaques à se mettre sous la dent, sous l'impulsion de Thembi Kgatlana qui a soit manqué de jus, soit de partenaires pour mener à bien ses raids.

«Bien sûr nous sommes déçus mais c'est une performance honorable», a réagi la sélectionneuse Desiree «fière» de son équipe.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles