Attribution du Mondial 2022 au Qatar : placé en garde à vue, Michel Platini se dit «étranger à des faits qui le dépassent»

L’ancien président de l’UEFA, Michel Platini a été placé mardi en garde à vue trois ans après l’ouverture d’une enquête pour corruption sur les conditions d’attribution de la Coupe du monde 2022 au Qatar.

L’ancien n°10 de l’équipe de France, vainqueur de l’Euro 1984 et qui aura 64 ans vendredi, a immédiatement réagi dans la journée. « Michel Platini n’a strictement rien à se reprocher et affirme être totalement étranger à des faits qui le dépassent », ont ainsi indiqué ses conseillers. Il « ne s'agit en aucun cas d’une arrestation, mais d’une audition comme témoin dans le cadre voulu par les enquêteurs, cadre qui permet d'éviter que toutes les personnes entendues, puis confrontées, ne puissent se concerter en dehors de la procédure », peut-on lire dans le communiqué.

Lui aussi convoqué, l’ex-secrétaire général de l’Elysée, Claude Guéant était pour sa part interrogé comme suspect libre. Ces auditions se déroulent dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte par le parquet national financier en 2016 pour « corruption privée », « association de malfaiteurs », « trafic d'influence et recel de trafic d'influence » pour examiner les conditions d'attribution des Coupes du monde de football 2018 et 2022.

« tissu de mensonges »

Le même jour, le 2 décembre 2010, le Mondial 2018 avait été attribué à la Russie et à la surprise générale, le Mondial 2022 au Qatar. Une désignation qui avait immédiatement déclenché des soupçons de corruption, et été l’un des déclencheurs de la grave crise qui a secoué la Fifa à partir de 2015. A la fin de cette année-là, 16 membres du comité exécutif de la Fifa sur 24 avaient été radiés, suspendus ou inquiétés à divers titres.

La justice française s’intéresse en particulier à « une réunion secrète » au Palais de l'Elysée le 23 novembre 2010, à laquelle participaient Nicolas Sarkozy, le prince du Qatar, Tamim bin Hamad al-Thani, et Michel Platini, révélée par France Football. Son but supposé : s’assurer que Platini voterait pour l'émirat. Un « tissu de mensonges », s’était indigné « Platoche » à l’époque.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles