NBA : Quels joueurs pour rejoindre (et de manière réaliste) LeBron James et Anthony Davis aux Lakers ?

Quels joueurs rejoindront LeBron James et Anthony Davis aux Lakers ? [© capture d'écran Bleacher Report / D.R.]

LeBron James et Anthony Davis forment un redoutable duo capable de porter les Lakers de Los Angeles vers les sommets de la NBA. Malheureusement pour la franchise californienne, le basketball est un sport qui se joue à cinq sur le terrain, et avec des remplaçants.

Pas de bol non plus, Rob Pelinka, le manager général des Lakers qui a pourtant une l’imagination débordante – comme cette fois où il a raconté à ses joueurs comment Kobe Bryant a demandé à rencontrer Heath Ledger après avoir vu le film The Dark Knight… huit mois avant sa sortie en salles – n’a manifestement pas tout pigé au fonctionnement particulièrement complexe du plafond salarial en NBA, et son impact massif sur la capacité de l’équipe à recruter des agents libres après le transfert d’Anthony Davis avec les Pelicans pour lequel ils ont déjà sérieusement hypothéquer l’avenir de la franchise.

Si les fans des Lakers continuent d’imaginer les signatures les plus extravagantes dans l’espoir de voir se former une «superteam» à Los Angeles, la réalité est bien plus compliquée pour la franchise californienne. En NBA, tu ne peux pas faire n’importe quoi avec ton argent, à moins que les joueurs soient déjà dans ton effectif. Ce qui n’est pas le cas des Lakers qui ne comptent que six joueurs sous contrats à l’heure qu’il est (LeBron James, Kyle Kuzma, Talen Horton-Tucker, Isaac Bonga, Moritz Wagner, Jemerrio Jones) avant de récupérer Anthony Davis une fois le transfert consommé. A quelques jours de l’ouverture du marché des agents libres, voilà à quoi ressemble la situation du club :

- La seule manière de disposer des 32,5 millions de $ de marge salariale pour faire signer un joueur de premier ordre (cela vaut seulement pour un contrat maximum offert à un joueur ayant moins de dix ans d’expérience dans la ligue… oui, c’est un peu compliqué) est que les Pelicans acceptent d’attendre 30 jours après le début du marché des agents libres – soit jusqu’au 30 juillet – pour officialiser le transfert d’Anthony Davis. Cela permettant de ne pas intégrer son salaire dans les comptes du club, et donc de disposer de la marge nécessaire pour signer un agent libre. Mais la Nouvelle-Orléans n’a aucun intérêt à les aider, sauf si les Lakers leur donnent un nouveau futur pick de Draft pour les convaincre… au risque de compromettre plus encore l’avenir de la franchise.

- Si le transfert est effectif à la date officielle, à savoir le 6 juillet, les Lakers peuvent disposer d’une somme comprise entre un peu moins de 28 millions de $ et un peu plus de 23 millions de $. Cela dépend en fait de la volonté, ou non, d’Anthony Davis de renoncer aux 4 millions de $ de bonus suite au transfert. Ce sont les Pelicans qui payent le bonus, mais il est intégré dans la comptabilité des Lakers. Et apparemment, le nouveau coéquipier de LeBron James n’a aucune intention de faire une croix sur cette coquette somme (et c’est son droit). Peu importe au final, puisque ces deux montants ne correspondent pas à un contrat au maximum. Ce qui veut dire qu’il y a une chance infinitésimale de voir Kemba Walker ou Jimmy Butler enfiler le maillot des Lakers, à moins que ces derniers acceptent de faire un sacrifice financier XXL.

- Précision importante : Si jamais les Lakers parvenaient à faire venir une troisième star – rien n’est jamais impossible dans cette ligue après tout – alors le club sera contraint de remplir le banc avec des seconds couteaux au salaire minimum, et/ou des joueurs inexpérimentés. Peut-être vaudrait-il mieux que le club utilise son argent pour construire une équipe à peu près viable autour de LeBron James et Anthony Davis, non ? (NON ???)

Les fans des Lakers vont être contents, il existe quelques joueurs très intéressants sur le marché actuel. Et qui pourraient sérieusement aider l’équipe dans sa quête pour le titre NBA la saison prochaine (ça ne sera pas facile malgré cela, soyez-en sûrs).

Malcolm Brogdon

Ce joueur représenterait presque la perfection en termes de complémentarité avec les deux stars. Adroit aux tirs (50,5% aux tirs, 42,6% à trois points, 92,8% aux LF), capable de distribuer le jeu et d’être efficace sans la balle, excellent défenseur, Brogdon pourrait rejoindre le club avec contrat de trois ou quatre ans débutant juste au-dessus des 15 millions de $ pour la première saison. Mais il est un agent libre restreint que les Bucks n’ont probablement aucune intention de laisser partir tant il a joué un rôle majeur dans le succès du club. Mais c’est exactement le profil que recherche les Lakers.

Bojan Bogdanovic

L’ailier a réalisé une grosse saison sous le maillot des Pacers la saison passée. Et pourrait se voir offrir un salaire trop important par un autre club dès les premiers jours de la période des transferts. L’an dernier, Bogdanovic touchait 10,5 millions de $, un salaire à la portée des Lakers. Il mangerait une bonne partie de leur marge salariale, mais le joueur croate a prouvé qu’il était très compétitif. Ses qualités aux tirs (c’est le dénominateur commun de tous les joueurs dont nous parleront, car cela répond à un besoin majeur du club), son intelligence de jeu, et le fait qu’il soit capable de tenir la distance en défense, font de lui une des cibles potentielles de la franchise californienne.

J.J. Redick

Il jouait pour 12,5 millions de $ la saison dernière avec Philadelphie. On sait ce que JJ Redick apporte sur le terrain : une grosse adresse aux tirs, un bon placement en défense malgré ses limitations, et de l’expérience. Ce ne sera pas forcément facile de le convaincre de quitter Philadelphie, puisque sa famille vit à Brooklyn, et qu’un déménagement en Californie risque de sérieusement compliquer sa vie personnelle.

Trevor Ariza

En voilà une autre option très intéressante. Joueur adroit aux tirs et bon défenseur. Trevor Ariza connaît bien le club pour y avoir remporté le titre aux côtés de Kobe Bryant en 2009. C’est tout à fait le genre de vétérans que LeBron James souhaiteraient voir évoluer sous le maillot des Lakers. Un contrat dans les alentours des 10 millions de $ est largement envisageable. La question épineuse étant le nombre d’années qu’il exigera de voir apparaître sur le contrat.

Patrick Beverley

Patrick Beverley a fait beaucoup parler de lui pendant les playoffs, et en bien. Défenseur redoutable sur le périmètre, il a planté pratiquement 40% de ses tirs à trois points cette saison sous le maillot des Clippers. Les clubs seront nombreux à tenter de le signer. Les Lakers feraient bien de tout tenter pour le convaincre de les rejoindre, pourquoi pas dans une fourchette allant de 5 à 7 millions de $ par saison.

Seth Curry

En voilà un autre qui s’est fait un nom pendant ces playoffs. Seth Curry était un des leaders de la ligue à trois points avec 45% de réussite sur ses tirs longue distance. Avec Davis et James, il disposera d’ouverture derrière l’arc comme rarement il en aura eu dans sa courte carrière. Aucune chance que son salaire reste bloqué à 2,7 millions de $ comme la saison passée. Mais les Lakers pourraient recruter le plus jeune des frères Curry pour un prix tout à fait raisonnable.

Danny Green

Champion avec les Spurs, et depuis peu avec les Raptors, Danny Green est également un joueur dont les capacités collent parfaitement aux attentes des Lakers. Très bon en défense, il plante 47,4% de ses tirs à trois points après réception d’une passe (le fameux «catch-and-shoot») selon NBA.com/Stats. Son expérience des grands rendez-vous est clairement un «plus», et il a déjà porté le même maillot que LeBron James lors de son court passage aux Cavaliers de Cleveland pendant la saison 2009-2010 (où il n’a joué que 20 matchs avant d’être coupé par l’équipe dès le début de la saison suivante). Son salaire était de 10 millions de $ la saison dernière. Ce qui devrait correspondre à sa valeur cet été.

Jeremy Lamb

Jeremy Lamb aux Lakers, pourquoi pas. Il est jeune, athlétique, et plutôt pas maladroit aux tirs (34,8% à trois points). Ses longs bras lui permettent d’être plutôt efficace en défense, au pire de ne pas être un gros boulet ciblé par les attaques adverses. Son salaire se situait autour des 7 millions de $ la saison passée, et devrait se maintenir dans cette zone. Un choix tout à fait correct pour Los Angeles s’il est disponible.

Rodney Hood

Sa prestation lors de ces derniers playoffs avec les Blazers lui a probblement permis de sauver une carrière qui paraissait bien plombée après un passage très décevant aux… Cavaliers de Cleveland en 2018. Si Rodney Hood ne mouille plus son lit en pensant à LeBron James et à cette expérience hautement traumatisante de sa carrière, et se montre capable de maintenir le même niveau de jeu aperçu à Portland, alors les Lakers auraient tort de ne pas faire venir ce joueur efficace, tant en attaque qu’en défense.

Reggie Bullock

Arrivé en cours de saison dernière, Reggie Bullock devait apporter son adresse aux tirs à un club qui en avait désespérément besoin. Ce qu'il a fait. Il connaît la maison, et reste un joueur solide que les Lakers devraient sérieusement penser à re-signer à l’intersaison.

À suivre aussi

Basket NBA CORNER : Avec Thomas Berjoan et le Psy Trashtalk pour parler de l'actualité NBA, de Tony Parker, et de joueurs complètement inconnus (ou presque)
Les joueurs de l'ASVEL ont remporté tous leurs matches à domicile cette saison en Euroligue.
Basket Euroligue : Jusqu'où peut aller l'ASVEL de Tony Parker cette année ?
Tony Parker a vu son maillot retiré par San Antonio.
NBA Vidéo : les meilleurs moments de la cérémonie en hommage à Tony Parker

Ailleurs sur le web

Derniers articles