Avec l'arrivée d'Anthony Davis, les Lakers et la NBA en plein chamboulement

Anthony Davis rejoint «King James» aux Los Angeles Lakers Anthony Davis rejoint «King James» aux Los Angeles Lakers. [Jonathan Bachman / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

LeBron James a enfin sa superstar. Avec l'arrivée d'Anthony Davis aux Lakers, en provenance des Pelicans de New Orleans, Los Angeles retrouve enfin un véritable espoir de remporter le titre NBA, dix ans après son dernier sacre.

Même s'il était fortement annoncé depuis plusieurs mois, le tremblement de terre n'en est pas moins important. L'équipe de Los Angeles sort d'une saison catastrophique, pendant laquelle elle n'a pas réussi à se qualifier pour les play-offs, malgré le recrutement de LeBron James l'été dernier. Ce dernier, blessé une partie de l'année, n'a pas été aidé par des coéquipiers trop jeunes et trop fébriles pour porter l'équipe sur leurs épaules. Pour rassurer les fans, il fallait donc construire une équipe de champions, qui connait la ligue et les ficelles pour se rapprocher du titre. C'est désormais sur la bonne voie avec l'arrivée de Davis. 

Car depuis son arrivée en NBA en 2012, après avoir été choisi en numéro 1 à la draft, le pivot n'a cessé d'impressionner les observateurs. Il tourne à plus de 20 points par match depuis 2013, a participé six fois au All-Star Game et a été sélectionné trois fois dans l'équipe NBA de l'année, sans oublier une médaille d'or aux Jeux Olympiques de Londres et une Coupe du monde 2014. 

Clairement, le garçon de 2m08 sait gagner. Sauf qu'à la Nouvelle-Orléans, il n'a jamais pu trouvé les coéquipiers pour être réellement compétitif. L'équipe est l'un des plus petits marchés en termes de visibilité publicitaire et médiatique, ce qui refroidit les stars au moment de signer. Par conséquent, il n'a jamais réussi à emmener cette équipe plus loin qu'une demi-finale de conférence. 

Et c'est pour cela que Los Angeles n'a pas hésité à envoyer trois joueurs prometteurs (Josh Hart, Brandon Ingram et Lonzo Ball), ainsi que trois choix de premiers tours de draft, pour l'obtenir, alors que Davis n'a plus qu'une année de contrat. L'objectif est donc clair : ramener une bague de champion le plus vite possible, et dès l'année prochaine si l'occasion se présente. Selon les rumeurs, une autre grande star pourrait débarquer rapidement sur la côte ouest, histoire de former un des trios les plus impressionnants de la ligue. Si des noms comme Kemba Walker (Charlotte Hornets) ou Jimmy Butler (Philadelphia 76ers) circulent déjà, il faudra attendre début juillet pour en savoir plus. À côté de quoi, il faudra également recruter des joueurs performants à bas prix pour entourer ces stars. La tempête à Los Angeles ne fait donc que débuter. 

La fin d'une hiérarchie bien établie ? 

Du côté des autres équipes, on peut commencer à trembler. Car ce gros coup redistribue les cartes de la conférence ouest. Largement dominée par Golden State et Houston depuis plusieurs années désormais, un changement de hiérarchie pourrait s'opérer. D'autant que les Warriors ont perdu sur blessure deux joueurs phares, Klay Thompson et Kevin Durant, pour potentiellement l'intégralité de la saison prochaine, et que les Rockets se sont dits prêts à chambouler l'intégralité de leur effectif. 

Mais des outsiders aux dents longues pourraient bien compliquer la tâche : Denver, demi-finaliste de conférence cette année avec son pivot star Nikola Jokic par exemple, mais aussi Portland, finaliste contre Golden State, avec une paire Lillard-McCollum explosive, sans oublier Dallas, qui possède Luka Doncic, l'un des jeunes joueurs les plus prometteurs de la ligue, et de l'argent pour recruter cet été. L'on pourrait également citer les voisins des Los Angeles Clippers, qui devraient avoir le budget salarial pour attirer d'immenses talents dans ses rangs. Un certain Kawhi Leonard, récemment champion avec Toronto, serait d'ailleurs l'une des cibles privilégiées. 

Mais peut-être que le grand gagnant de cette histoire n'est pas celui que l'on croit. Et si l'un des principaux outsiders à l'Ouest la saison prochaine n'était autre que... les Pelicans de la Nouvelle-Orléans ? Armé des trois joueurs de Los Angeles, d'un joueur All Star en la personne de Jrue Holiday, les «Pels» auront le premier choix à la draft et pourront donc récupérer Zion Williamson, l'un des jeunes joueurs les plus excitants depuis LeBron James. De plus, le départ d'Anthony Davis laisse de la place dans la marge salariale, et un très bon joueur pourrait donc débarquer pour épauler cette équipe et en faire une très bonne candidate pour les play-offs, si ce n'est un peu plus.

 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 

AD on da way!! @antdavis23. Let’s get it bro! Just the beginning.. #LakeShow

Une publication partagée par LeBron James (@kingjames) le

LeBron James accueille son nouveau coéquipier : «Anthony Davis arrive!! Juste le début...»

Après une fin de saison folle en NBA, le début de la prochaine pourrait donc s'avérer être tout autant intéressant à suivre. En attendant, la draft le 20 juin et la free-agency qui débute le 30 juin avec des joueurs comme Kyrie Irving, Kawhi Leonard ou encore Kevin Durant disponibles, les feuilletons risquent de se multiplier jusqu'à la reprise de la saison en octobre 2019. Canicule ou pas, l'été sera chaud aux États-Unis. 

À suivre aussi

NBA Vidéo : LeBron James et Kobe Bryant se saluent en pleine rencontre
Basket NBA CORNER : Avec Thomas Berjoan et le Psy Trashtalk pour parler de l'actualité NBA, de Tony Parker, et de joueurs complètement inconnus (ou presque)
Quelle heure quelle chaîne NBA Sundays : Sacramento Kings-Boston Celtics, à quelle heure et sur quelle chaîne ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles