Tour de France 2019 : Viviani s'impose au sprint lors de la 4e étape, Alaphilippe toujours en jaune

Elia Viviani s'est imposé au sprint à Nancy. Elia Viviani s'est imposé au sprint à Nancy.[Sirotti / Icon Sport]

Les jours se suivent et se ressemblent pour l'équipe Deceuninck sur les routes du Tour de France. Au lendemain de la victoire de Julian Alaphilippe, Elia Viviani s'est imposé au sprint, ce mardi, à Nancy pour signer sa première victoire d'étape sur la Grande Boucle. Alaphilippe conserve lui son maillot jaune de leader.

Le scénario de cette 4e étape, entre Reims et Nancy, était écrit à l’avance et il a été respecté à la lettre. Si une échappée de trois coureurs a tenté sa chance dès le départ, tout comme Lilian Calmejane à une dizaine de kilomètres de l’arrivée, le sprint tant attendu a bien lieu entre les grosses cuisses du peloton. Et à ce petit jeu, l’Italien, frustré d’avoir été battu lors de la 1ère étape à Bruxelles, a été le plus fort pour prendre le meilleur sur le Norvégien Alexander Kristoff et l’Australien Caleb Ewan.

«Je suis très content, cela signifie beaucoup pour moi. Cette victoire sur le Tour me manquait. C’était mon objectif de la saison. Je voulais gagner la première étape mais, quand on revient sur le Tour, ce n’est pas facile», a confié, très ému, Viviani, qui n’était pas parvenu à s’imposer lors de sa première expérience sur le Tour en 2014. A 30 ans, l'Italien, qui culmine à 74 victoires depuis ses débuts dont cinq sur le Tour d’Italie et trois sur le Tour d’Espagne, a signé le premier succès transalpin sur une étape du Tour depuis la victoire de Fabio Aru en 2017, à La Planche des Belles Filles, qui sera au programme du peloton ce jeudi. 

De son côté, Alaphilippe a vécu une première journée en jaune plutôt tranquille. Il s’est même permis le luxe de prendre la tête sous la flamme rouge et participer au travail de son équipe pour mettre Viviani dans les meilleures conditions dans le final. «J’ai passé une des plus belles journées de ma carrière avec les encouragements du public, le maillot jaune sur les épaules et la victoire d’Elia pour finir», s’est réjoui le Français.

Mais la 5e étape, mercredi, dessiné pour les baroudeurs et les puncheurs, risque d’être un peu plus animée entre Saint-Dié-des-Vosges et Colmar avec quatre côtes, deux classées en deuxième catégorie, figurent au programme des 175,5 kilomètres. Et tous les scénarios sont, cette fois, possible. «Je connais un peu le final, l'échappée peut aller au bout ou ce peut être un sprint en petit comité», a indiqué Alaphilippe. Et il n’est pas impossible de revoir le Tricolore aux avant-postes, même s’il affirme qu’il n’a «plus à attaquer maintenant».

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles