L’Éthiopien Kenenisa Bekele échoue à… deux secondes du record du monde

Kenenisa Bekele a ressenti une douleur au tendon à quinze kilomètres de l'arrivée. Kenenisa Bekele a ressenti une douleur au tendon à quinze kilomètres de l'arrivée.[Aurelien Meunier / Icon Sport]

A deux petites secondes près… Kenenisa Bekele a triomphé, ce dimanche, sur le marathon de Berlin (Allemagne) mais il a manqué de faire tomber le record du monde pour seulement deux secondes au terme d’un incroyable finish.

L’Ethiopien a franchi la ligne en 2h 01 min et 41 secondes, butant d’un rien sur la marque établie par Eliud Kipchoge (2:01.39), absent cette année. En tête avec deux de ses compatriotes à moins de quinze kilomètres de l’arrivée, Bekele s’est laissé distancer au 31e km en raison d’une douleur au tendon.

«J’ai un peu ralenti pour me relaxer, et ensuite j’ai poussé de nouveau». Il est en effet revenu en fin de course et a déposé Birhanu Legese et Sisay Lemma. «Je suis très heureux d’avoir réussi ma meilleure performance personnelle, et ce résultat m’encourage pour l'avenir. Mais manquer le record du monde pour deux secondes, je ne suis pas content», a-t-il confié, quelque peu déçu.

A dix kilomètres du but, Bekele était encore à près d’une minute des bases du record du monde, mais sa pointe de vitesse, qui a fait de lui l’un des plus grands fondeurs de tous les temps sur piste (trois titres olympiques et 16 titres de champions du monde sur piste ou en cross), lui a permis de terminer en trombe. Jusqu’à présent, l’Éthiopien n’avait pas réussi à s’élever sur marathon au niveau qu’il avait atteint sur les distances inférieures, mais ce résultat lui ouvre désormais des perspectives inattendues.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles