Championnats du monde d'athlétisme : les 5 stars à suivre

La Jamaïcaine Shelly-Ann Fraser-Pryce (100 m et 200 m), le Qatarien Mutaz Barshim (saut en hauteur) et le Suédois Armand Duplantis (saut à la perche) feront partie des athlètes à suivre avec un œil particulier. La Jamaïcaine Shelly-Ann Fraser-Pryce (100 m et 200 m), le Qatarien Mutaz Barshim (saut en hauteur) et le Suédois Armand Duplantis (saut à la perche) feront partie des athlètes à suivre avec un œil particulier. [Ian KINGTON / AFP, Adrian DENNIS / AFP, FABRICE COFFRINI / AFP]

Les Championnats du monde d'athlétisme 2019, à Doha, au Qatar, marquent le début d'une nouvelle ère. Ce sont en effet les premiers depuis la retraite du roi du sprint Usain Bolt. Même si l'athlétisme mondial n'a pas encore retrouvé de grande tête d'affiche comme l'était la superstar jamaïcaine, ces Mondiaux ne manquent pas de talents à surveiller de près.

Mutaz Barshim

000_14k16i-min_5d4bfc2807887_0.jpg
(©KARIM JAAFAR / AFP)

Il sera soutenu par tout un peuple. Le sauteur en hauteur Mutaz Barshim, adulé dans son pays, est l'une des rares chances de médaille du Qatar lors de ces Mondiaux, le pays espérant éviter un zéro pointé à domicile. Le palmarès du Qatarien de 28 ans, né à Doha (contrairement à la majorité des autres athlètes qatariens, très souvent naturalisés), parle pour lui : champion du monde en titre (en 2017), double vice-champion olympique (en 2012 et 2016) et champion du monde en salle (en 2014).

Au-delà de ces titres, le principal fait d'arme de l'athlète masculin de l'année 2017 remonte au 5 septembre 2014. Lors d'un meeting à Bruxelles, il efface une barre à 2,43 m, devenant du même coup le deuxième meilleur performeur mondial de l'histoire en saut en hauteur, à deux petits centimètres du record du monde du Cubain Javier Sotomayor, établi en 1993.

Mutaz Barshim n'a pas retrouvé ce niveau depuis. Opéré de la cheville cet hiver, il n'a pas fait mieux pour l'instant cette saison que 2,27 m, mais il monte en puissance. Il devra notamment faire attention à Doha à son concurrent italien Gianmarco Tamberi, champion d'Europe en salle en mars à Glasgow.

Noah Lyles

000_1id6tr-min_5d4bfcd138dea_0.jpg
(©FABRICE COFFRINI / AFP)

C'est le nouveau prodige du sprint américain. Noah Lyles, 22 ans, arrive à Doha avec la pancarte de favori du 200 m sur le dos. Malgré son jeune âge, il a en effet déjà tout d'un grand. Son 19''50 au meeting de Lausanne début juillet en est la preuve. Avec ce chrono ébouriffant, le jeune Floridien est devenu le meilleur performeur mondial de l'année et le quatrième performeur de tous les temps, derrière les Jamaïcains Usain Bolt et Yohan Blake, et son compatriote Michael Johnson.

Selon ce dernier, Noah Lyles est même capable à l'avenir de battre le record du monde d'Usain Bolt, en 19''19. L'Américain semble en tout cas avoir le même sens du show que la superstar jamaïcaine. Lors des championnats des Etats-Unis, fin juillet, il n'a pas hésité à faire un petit pas de danse à l'arrivée du 200 m, remporté en 19''78 devant son rival Christian Coleman (20''02). Ce dernier a remporté le 100 m lors des Mondiaux à Doha samedi 28 septembre (auquel n'a pas participé Noah Lyles), mais ne s'alignera pas sur le 200 m. Un obstacle de moins pour Noah Lyles sur la route du titre mondial.

Shelly-Ann Fraser-Pryce

000_1id69s-min_5d4c1f805e98c_0.jpg
(©FABRICE COFFRINI / AFP)

Du côté du sprint féminin aussi, une athlète est à surveiller de près. Après une année blanche en 2017 pour cause de maternité, la Jamaïcaine Shelly-Ann Fraser-Pryce est cette saison de retour à son meilleur niveau, comme en témoigne les courses qu'elle a réalisées lors des championnats de Jamaïque fin juin. Sur 100 m, la double championne olympique de la ligne droite et septuple championne du monde (sur 100 m, 200 m et 4x100 m) a terminé la course dans un temps canon de 10''73 (meilleure performance mondiale de l'année), arrivant première ex-aequo avec Elaine Thompson, championne olympique du 100 m et du 200 m à Rio en 2016.

Sur 200 m, la petite bombe d'1m52, qui aime les facéties capillaires (cheveux teints en verts ou en jaune, couronne de fleurs...) a pris la deuxième place, dans un bon temps de 22"22, derrière... Elaine Thompson (22"00). Nous aurons droit à une revanche entre les deux championnes à Doha, et sur 100 m et sur 200 m. Une façon pour Shelly-Ann Fraser-Pryce de montrer qu'elle est toujours là, elle qui a dominé le sprint mondial entre 2012 et 2015, après avoir été suspendue six mois pour dopage en 2010.

[EDIT : Shelly-Ann Fraser-Pryce a remporté le titre sur 100 m dimanche 29 septembre, devant la Britannique Dina Asher-Smith et l'Ivoirienne Marie-Josée Ta Lou.]

Armand Duplantis

000_18r4lx-min_5d4c2765f1fb1_0.jpg
(©JOHN THYS / AFP)

Un champion de précocité. L'an dernier, à 18 ans, le Suédois Armand Duplantis est devenu champion d'Europe du saut à la perche, en réalisant un saut à 6,05 m, devenant le plus jeune perchiste de l’histoire à passer la barre mythique des six mètres. Celui que tout le monde surnomme «Mondo» avait terminé devant le jeune Russe (21 ans) Timur Morgunov (6,00 m), et le Français Renaud Lavillenie (5,95 m), son idole de jeunesse devenu son ami et mentor.

Le jeune Suédois, qui a également la nationalité américaine (il est né en Louisiane et y vit toute l'année), rêve de marcher dans les pas du Clermontois, champion olympique en 2012 et recordman du monde (6,16 m). Mais la concurrence sera rude à Doha. L'Américain Sam Kendricks, champion du monde en titre, vient de devenir le deuxième meilleur performeur de tous les temps en plein air (6,06 m), et le Polonais Piotr Lisek est très régulier cette saison au-dessus de 6 m.

Nafissatou Thiam

000_18a4ju-min_5d4c2ea7a40c8_0.jpg
(©Andrej ISAKOVIC / AFP)

C'est l'une des stars mondiales de l'athlétisme, mais elle gagne encore à être connue. La Belge Nafissatou Thiam, spécialiste de l'heptathlon, n'a pour l'instant pas une médiatisation à la hauteur de son talent et de son palmarès. Il s'agit pourtant actuellement de l'une des athlètes qui domine le plus sa discipline. La native de Bruxelles, âgée de 24 ans, détient en effet tous les titres internationaux possibles en plein air : après avoir été championne olympique à Rio en 2016, elle est devenue championne du monde un an plus tard à Londres, puis championne d'Europe en 2018 à Berlin.

Des performances qui lui ont valu d'être élue athlète féminine de l'année en 2017 par la Fédération internationale d'athlétisme, l'IAAF, une première pour une athlète belge. Elle a encore été nommée parmi les cinq finalistes l'an dernier, mais a dû laisser la distinction suprême à la sauteuse en longueur colombienne Caterine Ibarguen, championne olympique et double championne du monde.

Ne manque plus à Nafissatou Thiam, surnommée «Nafi», qu'un record majeur pour parfaire encore un peu plus son palmarès. Peut-être à Doha, où elle pourrait viser le record d'Europe de la Suédoise Carolina Klüft, établi en 2007 à Osaka (7 032 points). La Belge, francophone, semble l'avoir dans les jambes. En 2017, à Götzis (Autriche), elle avait déjà réussi à franchir la barre mythique des 7 000 points (7 013 points, record personnel). Et fin juin, lors du Décastar de Talence (Gironde), elle était sur les bases du record après la première journée, mais avait finalement échoué dans sa quête après avoir ressenti des douleurs au coude.

Avant de penser au record à Doha, Nafissatou Thiam devra d'abord faire attention à ses adversaires, et plus particulièrement à la Britannique Katarina Johnson-Thompson, deuxième meilleure performeuse de l'année et autre favorite de l'épreuve d'heptathlon.

Et les autres ?

A 37 ans, l'insubmersible Justin Gatlin est toujours là. L'Américain, champion olympique du 100 m en 2004 et triple champion du monde (100 m et 200 m), concourra à Doha seulement sur la ligne droite, bien décidé à lutter pour conserver son titre acquis il y a deux ans à Londres, et ce malgré l'arrivée d'une nouvelle génération américaine dorée représentée par Christian Coleman (23 ans). [EDIT : Justin Gatlin a pris la deuxième place du 100 m samedi 28 septembre, derrière Christian Coleman.]

Chez les femmes, les épreuves de sprint (100 m, 200 m et 4x100 m) promettent d'être extrêmement relevées. En dehors des Jamaïcaines Shelly-Ann Fraser-Pryce et Elaine Thompson, de nombreuses athlètes peuvent en effet espérer décrocher une médaille. C'est le cas notamment de la Néerlandaise Dafne Schippers, double championne du monde en titre sur 200 m, de la Britannique Dina Asher-Smith, qui a fait le triplé aux championnats d'Europe à Berlin l'an dernier (100 m, 200 m et 4x100 m), de l'Ivoirienne Marie-Josée Ta Lou, vice-championne du monde du 100 m et du 200 m en 2017, mais aussi de l'Américaine Teahna Daniels, 22 ans, qui a remporté le 100 m des championnats des Etats-Unis fin juillet, alors qu'elle venait de passer professionnelle. [EDIT : Derrière Shelly-Ann Fraser-Pryce, qui a remporté le titre sur 100 m dimanche 29 septembre, la Britannique Dina Asher-Smith a fini deuxième, l'Ivoirienne Marie-Josée Ta Lou troisième, Elaine Thompson quatrième, Teahna Daniels septième, tandis que Dafne Schippers a déclaré forfait.]

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles