Faut-il être inquiet pour Antoine Griezmann ?

Antoine Griezmann reste sur deux penalties manqués avec les Bleus. Antoine Griezmann reste sur deux penalties manqués avec les Bleus.[Anthony Dibon/Icon Sport]

Ce n’est pas lui faire offense que de dire qu’il ne connait pas le meilleur début de saison de sa carrière. Antoine Griezmann peine toujours à digérer son transfert, cet été, à Barcelone, où il connait des difficultés à trouver sa place et se faire accepter par certains cadres du vestiaire.

Cette période d’adaptation délicate rejaillit sur ses performances, même si elles sont loin d’être mauvaises avec trois buts et quatre passes décisives en neuf rencontres sous le maillot blaugrana.

Le natif de Mâcon n’apparait pas encore totalement libéré et épanoui dans son nouvel environnement. Et preuve de ses difficultés dans la capitale catalane, il resté sur le banc, ce week-end, lors de la large victoire contre le FC Séville (4-0). «Ce n’est jamais évident de changer de club, même pour Antoine. Il part d’un club où l’équipe était organisée autour de lui. Il n’a pas choisi la facilité. Il se remet en question. Ça ne se fait pas du jour au lendemain. C’est pareil quand il est passé de la Real Sociedad à l’Atletico», a confié Didier Deschamps.

Coéquipier de «Grizi» en club comme en sélection, Clément Lenglet a tenu le même discours que le sélectionneur. «C’est quelqu’un qui vient d’arriver, dans un club comme le Barça jouant un peu différemment des autres clubs, avec un jeu de position. Il travaille énormément pour l’équipe. Il nous aide beaucoup par son talent, par son effort défensif, car c’est un joueur qui se sacrifie énormément pour l’équipe. Je trouve qu’il n’y a pas de cas Antoine Griezmann», a insisté le défenseur.

Plus que le prix de son transfert (120 millions d’euros) et ses émoluments (18 millions d’euros par an), ses débuts mitigés peuvent trouver leur source dans son présumé manque d’entente avec Lionel Messi, qui aurait été réfractaire à son arrivée. «C’est un mensonge de dire que je ne voulais pas Griezmann. Les meilleurs sont toujours les bienvenus pour notre projet. Griezmann en est un et il n'y a aucun inconvénient à le voir venir, au contraire», s’est défendu le quintuple Ballon d’or sur RAC1.

Une parenthèse en équipe de France bienvenue

Dans ce contexte, la parenthèse en équipe de France, pour les matchs décisifs dans la course à la qualification de l’Euro 2020 en Islande (vendredi) et contre la Turquie (Lundi), s’apparente un petit coin de ciel bleu pour se changer quelque peu les idées. Même s’il ne garde pas forcément un bon souvenir du dernier rassemblement. Malgré des prestations abouties et des victoires contre l’Albanie (4-1) et Andorre (3-0), Griezmann avait manqué deux penalties, ce qui ne lui était encore jamais arrivé lors de ses sept premières tentatives en équipe nationale. Un signe supplémentaire que cela cogite un peu dans sa tête.

Mais il en a vu d’autres depuis ses débuts et son talent a toujours fini par parler que ce soit à la Real Sociedad puis à l’Atlético Madrid et en équipe de France. «Il fera tout pour trouver sa place avec les autres. Comme il est dans une équipe qui n’a pas encore trouvé le plein régime, ça ne se fait pas du jour au lendemain. Même si ce sont tous de grands joueurs. Je ne me fais pas de soucis pour Antoine», a assuré Deschamps. Et avec le forfait de Kylian Mbappé et le manque de temps de jeu d’Olivier Giroud, il sera l’une des principales menaces offensives pour placer les champions du monde sur le chemin de l’Euro.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles