Ligue 1 : Entre blessures et calendrier, le PSG en danger à Nice ?

Angel Di Maria sera l’un des atouts offensifs du PSG à Nice. Angel Di Maria sera l’un des atouts offensifs du PSG à Nice.[Dave Winter/Icon Sport]

Comme à chaque match depuis le début de la saison, c’est la même rengaine. Et le déplacement du PSG, ce vendredi, à Nice en ouverture de la 10e journée de Ligue 1, ne va pas échapper à la règle. Confronté à une interminable cascade d’absences, Thomas Tuchel va encore devoir se triturer l’esprit pour mettre sur pied une équipe compétitive sur la Côte d’Azur.

Déjà privé Juan Bernat (suspendu) et Thilo Kherer, toujours à l’infirmerie, l’entraîneur allemand a récupéré Idrissa Gueye et Neymar blessés à l’issue de la trêve internationale. De quoi sérieusement l’agacer. «C’est trop ! Il y a trop de compétitions, trop de matchs amicaux. Cela tue les joueurs et les matchs», s’est emporté, ce jeudi, Tuchel, regrettant de n’avoir jamais eu son équipe au complet. «C’est dommage car on attend de nous des résultats et pour y parvenir, c’est nécessaire que tout le monde soit là», a-t-il lancé.

Et il n’est peut-être pas au bout de ses peines avant d'affronter une formation niçoise 9e au classement. Car Julian Draxler et Colin Dagba viennent tout juste de reprendre l’entrainement, Pablo Sarabia et Marco Verratti sont rentrés tardivement de sélection et surtout Kylian Mbappé et Edinson Cavani ne semblent pas encore totalement remis de leurs blessures respectives à la cuisse et à la hanche contractées fin août.

Libéré par les Bleus, Mbappé avait suivi «positivement» son programme de reprise, alors que l’attaquant uruguayen avait «continué l’entraînement avec le groupe cette semaine», selon un communiqué du club parisien en milieu de semaine. Mais un doute subsiste. «Je ne suis pas sûr que Kylian soit prêt à commencer. Il vient de faire une semaine d’entraînement complète, je dois en parler avec lui car c’est différent de faire des entraînements avec un petit groupe que de jouer un match avec une autre intensité. Il ne faut pas jouer à 80%, il faut être à 100% pour jouer ce genre de rencontres. C’est la même chose pour Edinson», a confié le coach allemand.

Et il ne peut se permettre de prendre le moindre risque à l’entame d’un calendrier très chargé. Le club de la capitale va enchaîner six rencontres en trois semaines avec notamment la double confrontation face à Bruges en Ligue des champions et le Classique contre Marseille dimanche prochain en championnat. Mais que ce soit sur la scène européenne ou en championnat, le PSG a prouvé qu’il avait les armes pour répondre présent avec des joueurs comme Angel Di Maria, Ander Herrera ou encore Mauro Icardi. «Nous avons beaucoup d’obstacles à surmonter, a indiqué Thomas Tuchel. (…) Mais je suis convaincu qu’on va trouver des solutions. C’est notre défi.» Il commence à Nice.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles