Cris racistes contre Balotelli : le Hellas Vérone bannit le chef de ses Ultras jusqu'en 2030

Le club italien a également été sanctionné de la fermeture pour un match d'un secteur du stade.[LaPresse / Icon Sport]

Le club italien a réagi. Le Hellas Vérone a annoncé mardi avoir interdit de stade jusqu’en juin 2030 Luca Castellini, chef des Ultras du club, qui avait déclaré lundi que Mario Balotelli n’était pas «totalement Italien».

Dans un communiqué, le Hellas évoque «des considérations et expressions gravement contraires à ce que prévoient les principes éthiques et les valeurs de notre club.» Pour rappel, dimanche, Mario Balotelli avait menacé de quitter le terrain après avoir été la cible de cris racistes de la part de tifosi véronais lors du match Hellas-Brescia.

Interrogé lundi sur une radio italienne, Luca Castellini, membre actif du parti néo-fasciste Forza Nuova, avait estimé que Balotelli était «Italien parce qu’il a la nationalité italienne», mais qu’il ne pourrait «jamais être totalement Italien.»

Le club de vérone sanctionné

«Nous aussi on a un nègre dans l’équipe. Hier il a marqué et toute la ville a applaudi», avait-il ajouté. «Balotelli est un clown. Il a seulement entendu (ces cris) dans sa tête», avait-il aussi estimé.

Alors qu’une vidéo diffusée dimanche sur les réseaux sociaux permet d’entendre des cris de singes en provenance des tribunes, Luca Castellini a aussi assuré que «ces chants venaient de seulement quatre personnes, et ont été entendus uniquement par ceux qui ont visionné cette vidéo.»

Par ailleurs, la commission de discipline de la Ligue italienne de football a décidé de la fermeture pour un match d’un secteur du stade de Vérone, d’où étaient partis dimanche des cris racistes envers Balotelli. Le secteur en question est le secteur «Poltrone Est» du stade Bentegodi de Vérone qui peut accueillir environ 3.500 spectateurs.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles