Vidéo : les meilleurs moments de la cérémonie en hommage à Tony Parker

Tony Parker est entré à jamais dans la légende des Spurs. L’ancien meneur tricolore a vu son maillot floqué de son emblématique numéro 9 être retiré par San Antonio au cours d’une cérémonie riche en émotions.

La date n’avait pas été choisie au hasard. Il s’agissait d’un souhait de «TP», qui tenait que cet acte honorifique ait lieu le 11 novembre, jour anniversaire de la fin de la Première guerre mondiale. «Mon père est américain. Mon grand-père maternel a eu la «Purple Heart» (une médaille militaire américaine, ndlr). Il faut saluer tous les vétérans», a-t-il confié.

La cérémonie, en présence de nombreux amis de Parker parmi lesquels les frenchies qui lui ont emboîté le pas en NBA, Boris Diaw, Nicolas Batum, Ian Mahinmi, Ronnie Turiaf, s’est déroulée juste après la défaite des Spurs face à Memphis (113-109). Ce qui n’a pas gâché la fête qui lui avait été réservée lors de son entrée sur le parquet avec l’un de ses fils dans ses bras.

Et son ancien mentor Gregg Popovich a été l’un des premiers à prendre la parole avec un discours émouvant mais également teinté d’humour. «Je veux m’excuser pour les abus physique et moraux que je t’ai fait subir... Mais la vérité, c'est que j’ai été le plus chanceux des hommes de te faire jouer et de te voir à présent entrer au panthéon de la gloire (des Spurs). Tu as rendu ma vie plus riche», a lancé le coach des Spurs à un Tony Parker au bord des larmes.

«Vous êtes toujours le boss, mais ce soir, c’est moi. Je sais que vous détestez quand on parle de vous. Mais pour moi, avec tout l’impact que vous avez eu sur ma vie... j’ai un père incroyable mais vous êtes un incroyable deuxième père pour moi. Avec la manière dont vous m’avez expliqué les choses, à me tenir dans ce jeu, la manière dont vous m’avez rendu meilleur, les gens oublient mais quand on revient en arrière, je n’avais que quelques sélections mais vous avez tenté votre chance avec moi», lui a-t-il répondu.

Son complice Boris Diaw a également tenu à lui rendre un hommage appuyé. «Tony est le basket français et le basket français est Tony. Vous ne pouvez pas parler du basket français sans prononcer le nom de Tony. Il a changé le basket français à tout jamais. Il y a eu un avant et un après Tony Parker pour le basket français», a-t-il confié. 

Tim Duncan et Manu Ginobili ont aussi eu des mots très touchants à l’encontre de leur coéquipier avant que la légende du basket ne s’adresse à eux dans un long discours.

Puis il a vu son maillot être suspendu à côté de celui de Johnny Moore, Avery Johnson, James Silas, Sean Elliott et George Gervin, David Robinson, Bruce Bowen, Tim Duncan et Manu Ginobili. Pour l’éternité.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles