Sarkozy veut que "les géants du net" payent des impôts en France

Le président-candidat Nicolas Sarkozy a déclaré qu'il voulait imposer "les géants du net" en France, évoquant en particulier une taxe sur la publicité, et étendre la loi de la contrefaçon aux responsables de sites illégaux.[AFP]

Le président-candidat Nicolas Sarkozy a déclaré qu'il voulait imposer "les géants du net" en France, évoquant en particulier une taxe sur la publicité, et étendre la loi de la contrefaçon aux responsables de sites illégaux.

"Les géants du Net devront également, au-delà de leur contribution au financement de la création et des réseaux, acquitter un impôt représentatif de leurs activités dans notre pays", a déclaré le chef de l'Etat dans un entretien au Point.

"Il n'est pas admissible qu'ils réalisent un chiffre d'affaires de plusieurs milliards d'euros en France sans contribuer à l'impôt", a-t-il poursuivi.

"Il y a au moins deux pistes sérieuses que je veux faire explorer concomitamment, au niveau français aussi bien qu'européen: une taxe sur la publicité en ligne et l'assujetissmeent à l'impôt sur les sociétés - quitte, dans ce dernier cas, à renégocier certaines de nos conventions fiscales", a ajouté M. Sarkozy, sans autres précisions.

En juin 2011, le Parlement avait renoncé à une taxe sur l'achat d'espace publicitaire en ligne, dite "taxe Google", qui devait entrer en vigueur au 1er juillet 2011.

Le but de cette taxe était de capter une partie des revenus de géants de l'internet établis fiscalement à l'étranger, mais le gouvernement s'y était opposé car elle aurait, selon lui, touché les PME françaises qui souhaitent s'engager sur internet, et non pas les grands acteurs de l'internet visés initialement.

À suivre aussi

Le rockeur Neil Young, lors d'un concert à Québec au Canada, le 6 juillet 2018 [Alice Chiche / AFP/Archives]
Etats-Unis Neil Young veut devenir citoyen américain pour voter en 2020
People Kanye West dit vouloir briguer la présidence des Etats-Unis en 2024
La procédure de destitution n'a pas fini de faire les gros titres, puisque la Chambre des représentants a adopté ce jeudi une résolution approuvant l'enquête visant Donald Trump.
élection Etats-Unis : à un an de la présidentielle, la procédure de destitution de Trump cannibalise la campagne

Ailleurs sur le web

Derniers articles