Sarkozy veut que "les géants du net" payent des impôts en France

Le président-candidat Nicolas Sarkozy a déclaré qu'il voulait imposer "les géants du net" en France, évoquant en particulier une taxe sur la publicité, et étendre la loi de la contrefaçon aux responsables de sites illégaux.[AFP]

Le président-candidat Nicolas Sarkozy a déclaré qu'il voulait imposer "les géants du net" en France, évoquant en particulier une taxe sur la publicité, et étendre la loi de la contrefaçon aux responsables de sites illégaux.

"Les géants du Net devront également, au-delà de leur contribution au financement de la création et des réseaux, acquitter un impôt représentatif de leurs activités dans notre pays", a déclaré le chef de l'Etat dans un entretien au Point.

"Il n'est pas admissible qu'ils réalisent un chiffre d'affaires de plusieurs milliards d'euros en France sans contribuer à l'impôt", a-t-il poursuivi.

"Il y a au moins deux pistes sérieuses que je veux faire explorer concomitamment, au niveau français aussi bien qu'européen: une taxe sur la publicité en ligne et l'assujetissmeent à l'impôt sur les sociétés - quitte, dans ce dernier cas, à renégocier certaines de nos conventions fiscales", a ajouté M. Sarkozy, sans autres précisions.

En juin 2011, le Parlement avait renoncé à une taxe sur l'achat d'espace publicitaire en ligne, dite "taxe Google", qui devait entrer en vigueur au 1er juillet 2011.

Le but de cette taxe était de capter une partie des revenus de géants de l'internet établis fiscalement à l'étranger, mais le gouvernement s'y était opposé car elle aurait, selon lui, touché les PME françaises qui souhaitent s'engager sur internet, et non pas les grands acteurs de l'internet visés initialement.

Vous aimerez aussi

Une partisane de l'ancien président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva pendant une manifestation de soutien à l'ex-chef de l'Etat le 15 août 2018 à Brasilia [EVARISTO SA / AFP/Archives]
Élections L’ONU appelle le Brésil à autoriser Lula à se présenter à la présidentielle
Élection présidentielle au Mali : un second tour qui semble joué d'avance
Élections Présidentielle au Mali : un second tour qui semble joué d'avance
Le président-élu colombien Ivan Duque pendant la présentation de son livre "L'Archéologie de mon père" à Medellin, en Colombie le 10 juillet 2018 [JOAQUIN SARMIENTO / AFP]
Présidentielle Ivan Duque investi président de Colombie

Ailleurs sur le web

Derniers articles