Les salariés surfent un peu moins sur internet

Les salariés français ont moins surfé sur internet depuis le bureau en 2011 par rapport à 2010, mais y ont quand même passé en moyenne 52 minutes par jour à des fins personnelles et 37 minutes pour des raisons professionnelles, selon une étude de l'éditeur de logiciels Olfeo.[AFP/Archives]

Les salariés français ont moins surfé sur internet depuis le bureau en 2011 par rapport à 2010, mais y ont quand même passé en moyenne 52 minutes par jour à des fins personnelles et 37 minutes pour des raisons professionnelles, selon une étude de l'éditeur de logiciels Olfeo.

Cette enquête, publiée jeudi et réalisée en 2011, a porté sur une cinquantaine d'entreprises de taille variable, représentant plusieurs milliers de salariés. Elle se base sur l'analyse des connexions fournies par les serveurs informatiques.

"Par rapport à 2010, les salariés ont passé cinq minutes de moins par jour sur internet: sept minutes en moins pour leur usage personnel et deux minutes en plus pour leur usage professionnel", constate Olfeo.

L'éditeur a calculé que l'usage personnel d'internet au bureau est responsable d'une chute de productivité de 12,4%, mais souligne tout de même que "par rapport à 2010, les salariés ont en 2011 travaillé 3,5 jours de plus par an grâce à la diminution du surf personnel au bureau".

Un employé consacre quand même un total de 5,2 semaines par an à naviguer sur le web à des fins personnelles depuis son lieu de travail, résume l'étude.

Parallèlement à cette analyse des connexions internet établies depuis le bureau, Olfeo a interrogé 150 salariés: ils "estiment" passer 1H52 chaque jour sur internet... et non pas 89 minutes comme constaté techniquement, souligne l'enquête.

Les salariés interrogés estiment également passer plus de temps sur internet à des fins professionnelles (60% de leur temps selon eux) que pour des raisons personnelles (40%), alors que l'étude montre l'inverse.

En tête des sites consultés à titre personnel arrivent Facebook, YouTube, Wikipedia, Le Bon Coin, les Pages jaunes et Ebay. Les connexions vers des sites de "sexe" ou de jeux en ligne récoltent chacun 5% des visites.

Vous aimerez aussi

Technologies Etude : Les Français adoptent les objets connectés mais n'en comprennent pas bien le fonctionnement
Technologies L'Ile-de-France veut devenir l'un des leaders mondiaux en intelligence artificielle
Sécurité Nouvelle-Zélande : refuser de donner le mot de passe de son téléphone aux douaniers, c'est 5000 dollars d'amende

Ailleurs sur le web

Derniers articles