Les éditeurs veulent être rétribués pour leur référencement

Les éditeurs de presse ont demandé au gouvernement un projet de loi pour que les moteurs de recherche les rétribuent pour l'utilisation de leurs contenus, ont annoncé mardi les patrons du Figaro, des Echos et du Nouvel Observateur. [AFP] Les éditeurs de presse ont demandé au gouvernement un projet de loi pour que les moteurs de recherche les rétribuent pour l'utilisation de leurs contenus, ont annoncé mardi les patrons du Figaro, des Echos et du Nouvel Observateur. [AFP]

Les éditeurs de presse ont demandé au gouvernement un projet de loi pour que les moteurs de recherche les rétribuent pour l'utilisation de leurs contenus, ont annoncé mardi les patrons du Figaro, des Echos et du Nouvel Observateur.

Dans une interview conjointe publiée par Le Figaro, Marc Feuillée, Francis Morel et Nathalie Collin défendent la création d'un "droit voisin" dont le montant reviendrait aux journaux en échange du référencement de leurs sites respectifs.

Pour la directrice du Nouvel Obs, "Nous travaillons sur ce projet depuis le printemps, après avoir constaté l'échec des discussions entamées depuis trois ans avec Google. Aujourd'hui, tous les éditeurs de presse quotidienne, magazine ou purement Internet sont rassemblés derrière ce projet" qui a été soumis au gouvernement.

Selon elle, "ce projet de loi est simple à mettre en oeuvre et il est équilibré. D'un côté, les éditeurs s'engagent à renoncer à leur droit d'interdire l'indexation de leurs contenus par les moteurs de recherche (...) En contrepartie, nous demandons la création d'un droit voisin qui permettrait de faire payer par les moteurs de recherche une juste rémunération, chaque fois qu'un de nos contenus est indexé".

Le directeur général des Echos, M. Morel reconnaît que c'est Google qui est visé: "Aujourd'hui, Google a le quasi-monopole de la recherche sur Internet, avec 93,5% de part de marché en France. Et il utilise ce monopole pour capter la quasi-totalité du marché de la publicité des liens sponsorisés".

"Il faut savoir que Google est aujourd'hui l'une des premières régies publicitaires en France, avec plus d'un milliard d'euros de recettes. Mais il ne déclare que 41 millions d'euros de chiffre d'affaires en France!", Google étant basé en Irlande, ajoute-t-il.

"Il est inadmissible que Google utilise nos articles gratuitement pour ponctionner le marché publicitaire français sans rémunérer les créateurs de contenus", estime Francis Morel.

Quant à Marc Feuillée, il a souligné que le projet de loi français, contrairement à celui discuté en Allemagne qui vise les d'agrégateur comme Google Actualité, cible le marché du "search", à savoir la recherche de contenus. La patron du Figaro considère que le texte pourrait être soumis au Parlement d'ici à la fin de l'année pour une mise en oeuvre début 2013.

Vous aimerez aussi

La façade du quotidien «The Boston Globe», photographiée le 20 février 2013, à Boston, dans le Massachusetts  [DARREN MCCOLLESTER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives]
Etats-Unis Vilipendés par Trump, les journaux défendent la liberté de la presse
A.G. Sulzberger, directeur de la publication du New York Times, le 23 avril 2018 à New York [ROB KIM / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives]
Etats-Unis «Fake news» : le patron du New York Times met Donald Trump en garde
Booba Quand Benalla posait pour l'Obs avec une arme

Ailleurs sur le web

Derniers articles