L'Iran autorise de nouveau l'accès à la messagerie Gmail

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad, le 26 septembre 2012 à New York [Don Emmert / AFP/Archives] Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad, le 26 septembre 2012 à New York [Don Emmert / AFP/Archives]

Les autorités iraniennes ont autorisé de nouveau l'accès à la messagerie électronique Gmail, service gratuit et relativement sécurisé de Google, a rapporté lundi l'agence de presse Mehr.

Selon Mohammad Reza Miri, responsable au ministère des Télécommunications, le blocage de Gmail était involontaire, les autorités ayant voulu seulement renforcer les restrictions d'accès à YouTube après la diffusion d'extraits d'un film dénigrant l'islam et le prophète.

"Malheureusement, nous ne possédons pas encore la technique pour différencier ces deux services. Nous voulions bloquer YouTube mais Gmail a été aussi bloqué, ce qui était involontaire", selon lui.

"Nous ne voulons absolument pas que Youtube soit accessible. De ce fait, le ministère des Télécommunications cherche à trouver une solution technique pour régler ce problème afin de bloquer Youtube dans le protocole HTTPS et qu'en même Gmail soit accessible", a-t-il ajouté. "Cela va arriver bientôt".

Un responsable de la justice avait annoncé le 24 septembre que "Google et Gmail seront filtrés" jusqu'à nouvel ordre.

De nombreux hommes d'affaires iraniens, dont le travail est déjà compliqué par les sanctions occidentales liées au programme nucléaire iranien, utilisent Gmail pour communiquer et échanger des documents avec leurs partenaires étrangers.

Les autorités iraniennes avaient déjà coupé temporairement l'accès à Google et à Gmail en février, au moment des élections législatives de mars en Iran, et les réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter sont régulièrement bloqués dans le pays.

Le régime iranien accuse les Occidentaux d'utiliser la toile pour mener une "guerre non déclarée" visant à le déstabiliser, et les autorités ont annoncé la mise en place progressive d'un "internet iranien" officiellement plus rapide et plus sûr, en parallèle au réseau internat mondial.

Vous aimerez aussi

Moyen-orient Le Yémen doit faire face à la pire famine depuis un siècle
Un pharmacien iranien le 11 septembre 2018 à Téhéran [STRINGER / afp/AFP]
Moyen-orient Iran : avec les sanctions, les médicaments étrangers se font rares
Donald Trump préside le Conseil de sécurité de l'ONU, le 26 septembre 2018 au siège des Nations unies, à New York [Nicholas Kamm / AFP]
tensions La justice internationale se prononce sur les sanctions américaines contre l'Iran

Ailleurs sur le web

Derniers articles