Air France et KLM expérimentent le wifi à bord de deux Boeing

Le siège d'Air France à Roissy-Charles de Gaulle, près de Paris [Joel Saget / AFP/Archives] Le siège d'Air France à Roissy-Charles de Gaulle, près de Paris [Joel Saget / AFP/Archives]

Les compagnies aériennes Air France et KLM ont annoncé mercredi le lancement de la phase d'expérimentation de la connexion au réseau Wifi à bord de deux Boeing 777-300, un accès payant.

Les avions équipés ont décollé ce mercredi vers New York pour Air France, et Panama pour KLM, selon un communiqué publié par les deux compagnies.

A bord, les passagers peuvent accéder à un réseau wifi, depuis leur propre téléphone, ordinateur portable et tablette en souscrivant un forfait. Deux tarifs sont proposés pour bénéficier du réseau: 10,95 euros/heure ou 19,95 euros pour l'ensemble du vol.

Une fois connectés, les clients peuvent échanger des sms, emails, utiliser internet et regarder la télévision en direct. Ils peuvent aussi accèder à un portail Air France ou KLM, proposant de nombreux services gratuits et venant enrichir les distractions proposées a bord.

L'usage de leur téléphone portable leur sera facturé selon les conditions tarifaires conclues avec leur opérateur mobile.

Ces services sont disponibles dès que l'avion a atteint une altitude de 20.000 pieds, peu après le décollage.

"En lançant le Wifi et l'échange de données à bord de façon conjointe, Air France et KLM continuent d'innover", a déclaré Alexandre de Juniac, président-directeur général d'Air France cité dans le communiqué.

"Etre connecté en permanence fait partie de la vie quotidienne de nos clients. Nous cherchons ainsi à définir les meilleurs produits et services pour répondre à leurs attentes", a déclaré de son côté Peter Hartman, président du directoire de KLM.

"Nous souhaitons que dans un avenir proche, tous nos passagers puissent rester connectés lorsqu'ils voyagent vers ou au départ de nos hubs de Paris-Charles de Gaulle et d'Amsterdam-Schiphol", a-t-il ajouté.

Durant cette phase d'expérimentation, les clients seront sollicités pour partager leurs remarques, attentes et suggestions, selon le communiqué.

Vous aimerez aussi

La Première ministre britannique Theresa May (c) arrive au salon de Farnborough, dans le sud-ouest de Londres, accompagnée du patron d'Airbus Tom Enders (d), le 16 juillet 2018 [Ben STANSALL / AFP]
Royaume-Uni Début en fanfare du salon aéronautique de Farnborough, inquiet du Brexit
Conflit social L'intersyndicale d'Air France annonce de nouvelles grèves «début mai»
Le siège d'Airbus à Blagnac, dans la banlieue de Toulouse, le 6 mars 2018 [REMY GABALDA / AFP]
Aéronautique Airbus : baisse de cadences et conséquences sociales à prévoir

Ailleurs sur le web

Derniers articles