Arte fait revivre la new beat belge

[Arte France]

A la fin des années 1980, la vague new beat envahit la Belgique. Jozef Devillé retrace l’avènement de la musique électronique qui fit du plat pays l’épicentre de la scène underground européenne. 

 

Son documentaire revient notamment sur le premier morceau New Beat, «Flesh» du groupe A Split-Second, «passé exprès à la mauvaise vitesse d’enregistrement». Séduits par ce nouveau son, les producteurs ont dès lors remixé des anciens titres enregistrés pour les discothèques dans une version ralentie.

L’industrie musicale belge ne souhaitant pas attendre que les Anglais ou les Américains s’emparent de cette scène avant-gardiste, les producteurs ont aussi commencer à enregistrer de nouveaux morceaux à ce tempo, et les DJ du plat pays se sont mis à programmer frénétiquement des séquences sur leur ordinateur Atari.

Leurs morceaux sont alors joués dans le temple sacré de la musique underground, le Boccaccio Life. La mégadiscothèque proche de Gand, qui fermera dès 1993, abrite à cette époque LA messe electronique européenne.

Chaque soir de week-end, entre 3000 et 4000 jeunes surexcités s’y pressent. L’ambiance sonore qui les accueille leur font pénétrer les lieux «comme dans un film au ralenti». Le niveau des basses est à peine supportable, et le tempo lancinant agit au bout de quelques heures «comme une drogue».

The sound of Belgium, Arte, samedi 22 novembre à 22h15.

 

À suivre aussi

Anthoine Hubert courait en F2 pour l’écurie britannique BWT Arden.
Formule 2 Une minute de silence en hommage à Anthoine Hubert
Belgique Un Français mortellement blessé par la police à Bruxelles après une course-poursuite
Insolite Expulsé, il revient avec un pelleteuse pour saccager la maison

Ailleurs sur le web

Derniers articles