Simon Astier : "La saison 4 d’Hero Corp est la plus réussie"

Simon Astier, co-créateur et acteur principal de la série Hero Corp. [Pierre PLANCHENAULT - SIPA - FTV]

Les superhéros débarquent sur Game One. Après une première diffusion sur France 4, c’est au tour de la chaîne des jeux vidéos de proposer la saison 4 d’Hero Corp. Un deuxième passage qui n’est pas pour déplaire au co-créateur et acteur principal de la série (il joue le rôle de John "Bouclier-Man"), Simon Astier, qui assure que ce nouveau chapitre est de loin le plus drôle et le plus abouti.

 

Après France 4, la saison 4 d’Hero Corp arrive sur Game One. Est-ce le signe que la série se porte bien ?

Quand il y a des partenaires, ça veut dire que le projet est vivant. On a besoin d’eux, que ce soit le diffuseur, le distributeur, les régions, etc. Alors quand plusieurs diffuseurs se mettent ensemble et passent un accord en bonne intelligence pour se partager une diffusion dans un temps aussi réduit, c’est effectivement le signe que le projet se porte bien.

 

Où en est John dans cette saison 4 ?

Il est devenu le méchant de la série à la fin de la saison 3. Tous les super-héros sont en prison, privés de leur pouvoir, enfermés avec des criminels ou des mutants dégénérés. C’est une saison où les vilains prennent le pouvoir. Pas forcément avec des actes violents, mais plus par maîtrise politique. C’est une saison qui va pousser tous les personnages au maximum de leurs retranchements. Il doit naître en eux une prise de responsabilité, ils doivent assumer ce qu’ils sont réellement, et prendre les risques nécessaires pour sauver le monde.

 

La saison 3 était plus sombre que les précédentes. Qu’en est-il de la saison 4 ?

Moi je ne trouve pas. Cette saison 4 est plus nerveuse. Elle raconte que, parfois, il faut toucher le fond – comme en fin de saison 3 – pour mieux repartir de l’avant. Qu’il faut réellement faire face à ses démons, au danger, pour y parvenir. Les décisions que vont prendre les personnages dans cette saison sont les plus importantes. C’est dans ce sens-là qu’elle est nerveuse. Les gens disent que c’est aussi la plus drôle. Je ne sais pas. Pour moi, en tout cas, c’est la plus réussie. Et de très loin. Cela fait huit ans que nous faisons Hero Corp et que parfois on est un peu frustré par le manque de moyens.

Alors on a investi un peu de notre poche – même si on n’est pas bien riche – au profit de la mise en scène, pour pouvoir faire ce petit pas en plus qui fait qu’on est très fier de cette nouvelle saison, qu’elle fonctionne et que c’est la meilleure à nos yeux. Nous on le sait depuis le tournage, et aujourd’hui les gens partagent cette opinion. On est très heureux de pouvoir mélanger tous les genres – il y a un épisode musical, un épisode zombie, etc. – dans cette saison foisonnante et très vivante.

 

Quel est votre super-héros, ou super-vilain, préféré dans la série ?

J’avoue que les pouvoirs de mon personnage (John Bouclier-Man) quand il était super-héros m’ont toujours fait rêver. Après, la particularité est qu’il découvre le système de défense en même temps qu’il le développe. Ce qui n’est pas forcément très confortable. Et puis symboliquement, cela raconte aussi des choses sur moi, les choses qui me font rêver. Et en plus c’est un pouvoir raisonnable. Ce que raconte Hero Corp, c’est aussi comment un jeune gars devient adulte. Le fait qu’il est ce pouvoir n’est pas anodin.

 

J’ai une préférence pour Captain Canada, juste pour le plaisir de voir Courtemanche…

Bien sûr. Je l’ai vu au théâtre quand il était en tournée en France, chez moi à Dijon. J’étais au premier rang. C’était une idole pour moi. Et de l’avoir aujourd’hui comme copain et comme collaborateur, c’est un honneur.

 

Je me demandais ce qu’il devenait avant de le voir dans votre série. Et ça m’a fait plaisir de le revoir dans Hero Corp…

C’est vrai que cela parle aux gens d’une certaine génération. Ça fait souvent cet effet-là. Les gens qui l’aimaient sont vraiment contents de le revoir.

 

Une saison 5 est-elle déjà en discussion ?

On va attendre que la saison 4 se termine. Je pense surtout que la saison 5 sera la dernière. Quoiqu’il arrive, j’irai jusqu’au bout. Pour ceux qui nous suivent depuis le début. Après logistiquement parlant – quand, comment, etc. – je n’en ai aucune idée. Mais oui, j’irai jusqu’au bout de l’histoire quoiqu’il arrive.

 

Un long-métrage est-il également dans les plans ?

Oui, mais ce serait un film pour la télévision. Terminer comme peut le faire Ricky Gervais dans ses séries, avec un téléfilm spécial. J’aime les séries télévisées, c’est un mode d’écriture que j’adore, on peut construire des petites mythologies et les faire grandir, vivre avec des personnages pendant plusieurs années. Donc pour moi, la place de la série est à la télévision. Le bouquet final idéal pour moi serait un long épisode de fin.

 

Avez-vous de nouveaux projets à venir ?

Il y aura du cinéma en 2016. On est en train d’écrire des choses avec des copains. Je commence aussi à m’atteler à ma prochaine série même si je ressors fatigué d’Hero Corp qui est un long combat. Cela restera une série de genre. Donc dur à vendre au hertzien. Mais la liberté qu’on a quand on s’éloigne du hertzien, c’est elle qui m’excite le plus. Pouvoir raconter ce que je veux, travailler avec qui je veux, etc…. est-ce que je suis prêt à repartir dans un combat comme ça ? J’ai fait Hero Corp sans concession.

Aujourd’hui, beaucoup de gens du cinéma ont demandé à me rencontrer pour savoir ce que je souhaitais faire par la suite. Donc si je n’arrive pas à vendre ma série dans de bonnes conditions, je pense que j’irai vers le cinéma. Cela peut sembler absurde mais j’ai l’impression qu’aujourd’hui, si on veut mener un projet un peu particulier, c’est plus facile de le faire au cinéma qu’à la télévision.

 

Hero Corp, saison 4, à partir du 9 février à 22h15 sur Game ONE.

 

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles