Arte lance sa série documentaire "Classes moyennes : des vies sur le fil"

Gaëlle alterne phases de confort et périodes de vaches maigres Gaëlle alterne phases de confort et périodes de vaches maigres[Frédéric Brunnquell]

Arte lance "Classes moyennes : des vies sur le fil", une série-documentaire sur ces dix millions de personnes dont les revenus se situent à peine au-dessus du seuil de pauvreté.

 

Après sa programmation spéciale sur l’économie à l’automne dernier, la chaîne franco-allemande poursuit dans "sa volonté de sonder les réalités sociales actuelles en s’inscrivant résolument du côté de l’humain'", explique Vincent Meslet, directeur éditorial d’Arte France. La chaîne franco-allemande entame la diffusion de "Classe moyennes, des vies sur le fil". Un documentaire en trois volets sur ces dix millions de Français qui vivent avec 1 200 euros par mois pour une personne seule, 2 600 pour une famille de deux enfants. Véritable réflexion sur la crise, loin des discours froids des économistes et plutôt vu par le prisme de l’émotion, le film met en lumière cette petite classe moyenne oubliée des statistiques, ces "déclassés" en proie à la précarisation.

Plongée dans le quotidien de quatre familles ébranlées par la crise et confrontées à la peur du déclassement social. 

Pendant sept mois, Frédéric Brunnquell a vécu avec quatre familles en proie à des difficultés qu’elles n’avaient jamais connues avant. Comment la précarité économique se transforme en dégradation du statut social ? Comment affecte-t-elle l’intime, l’estime de soi, la place au sein de la cellule familiale ? Tous les protagonistes ont l’impression que quels soient les efforts produits, il leur est impossible d’améliorer leur quotidien. Et pour tous, la même angoisse : celle de finir à la rue… 

Classes moyennes, des vies sur le fil, Arte, mardi 17 février à 20h50.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles