L'Etat demande à France Télévisions de réduire ses coûts

Logo du groupe audiovisuel public France Télévisions[Stephane de Sakutin / AFP/Archives]

La future direction de France Télévisions devra être plus audacieuse dans ses programmes, attirer le jeune public, développer le numérique, le tout avec un budget stable ou probablement en baisse, et si nécessaire, renoncer à l'une de ses chaînes, selon la feuille de route tracée mercredi par le gouvernement.

 

Les missions fixées par l'Etat au prochain président du groupe audiovisuel public, qui prendra ses fonctions en août, ont été dévoilées lors d'une conférence de presse par trois ministres, Fleur Pellerin à la culture, Emmanuel Macron à l'économie et Michel Sapin aux finances.

Le gouvernement laisse toutefois à la nouvelle direction le soin de trancher sur les choix délicats pour y parvenir. 

 

pas de retour de la publicité après 20h

Il s'est appuyé sur le diagnostic plutôt sévère dressé par Marc Schwartz, ex-directeur financier de France Télévisions, dans un rapport présenté également mercredi. 

Le gouvernement n'a cependant pas repris plusieurs des suggestions du rapport : il a écarté un retour de la publicité après 20H00 et ne mentionne pas la création d'une chaîne d'info en continu.

 

Elargissement de la redevance

En revanche, la piste d'un élargissement de la redevance, déjà évoquée par le président Hollande fin 2014, est bien sur la table. "Comme l'a annoncé le président de la République, le gouvernement mènera une réflexion sur la modernisation de la contribution à l'audiovisuel public", a indiqué Michel Sapin.

Le gouvernement a toutefois averti que le budget de France Télévisions (2,85 milliards d'euros en 2015) serait "au mieux stable" et "plus probablement s’inscrira" d'ici 2020 dans le mouvement de "baisse constatée ces dernières années". 

 

Réorganisation de France 3

Conscients des contraintes de coûts, les ministres ont reconnu qu'il faudrait peut-être renoncer à l'une des chaînes publiques hertziennes en cas d'impasse budgétaire, mais laissent la prochaine direction libre de trancher. 

Le gouvernement évoque aussi la nécessité de plusieurs réformes de fond, jusqu'ici régulièrement repoussées : réorganiser France 3, améliorer la gestion de la filière de production (c'est-à-dire le pool des techniciens, prêtés souvent à des sociétés extérieures) ainsi que celle du réseau outre-mer.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles