Les cinq nouvelles séries à ne pas manquer en 2016

La série Vinyl est une des plus attendues de l'année 2016.[© 2015 HBO]

Les sérivores vont être ravis. L’année 2016 s’annonce riche en nouvelles séries. Et cinq d’entre elles retiennent particulièrement l’attention. De quoi passer des heures devant sa télévision.

Qu’il s’agisse d’un espion est-allemand au cœur d’une crise mondiale, de citoyens accusés à tort par leur gouvernement, un parc à thème futuriste peuplé de robots tueurs, un maire avide de pouvoir, et un voyage musical psychédélique, ces cinq séries venues de France, d’Allemagne, d’Israël ou des Etats-Unis vont faire souffler un vent de fraîcheur sur le petit écran des téléspectateurs français. Et chacune d’entre elles disposent de solides arguments capables de convaincre les plus indécis. 

Westworld

Westworld est une des séries les plus attendues de l’année. Et pour cause. Elle est l’adaptation télévisée du film Mondwest écrit et réalisé par Michael Crichton (Jurassic Park), a été créée par Jonathan Nolan (Interstellar et The Dark Knight) et produite par J.J Abrams (Star Trek, et bien évidemment Star Wars : Le réveil de la Force). Rien que ça.

Si ce n’est pas suffisant pour titiller votre curiosité, il est bon d’ajouter que le casting est composé de pointures XXL telles qu’Anthony Hopkins, James Marsden, Evan Rachel Wood ou encore Ed Harris.

L’histoire se déroule dans un parc à thème futuriste appelé Westworld où les visiteurs viennent s’offrir des sensations façon «conquête de l’Ouest» dans un monde hyperréaliste peuplé de robots ressemblant comme deux gouttes d’eau à des êtres humains. Les problèmes commencent quand ces derniers commencent à développer une conscience et se mettent à tuer les clients du parc.

Reste à voir le résultat à l’écran. Mais sur le papier, c’est du lourd.

Westworld, diffusée en France sur OCS dans le courant de l’année 2016.

Vinyl

Sexe, drogue et rock’n roll. La série Vinyl est pleine de promesses. Tout d’abord parce qu’elle repose sur une équipe de choc composée du réalisateur Martin Scorsese, qu’elle a été créée par Terence Winter (Boardwalk Empire, et auteur/producteur pour Les Sopranos), et que Mick Jagger, la star des Rolling Stones, fait partie des producteurs exécutifs.

Le casting, s’il n’est pas ahurissant, repose sur le talent de Bobby Cannavale (Boardwalk Empire), de la ravissante Olivia Wilde ou encore de Ray Romano (Everybody Loves Raymond). Le fils de Mick Jagger, James Jagger, est lui aussi de la partie dans le rôle du chanteur d’un groupe punk.

L’histoire, qui se déroule dans les années 1970, suit Richie Finestra, le responsable d’un label discographique new-yorkais en perte de vitesse. Pour sauver sa boîte de la faillite, il se lance à corps perdu dans la recherche de nouveaux talents de la scène musicale… au risque de déraper complètement dans les abus en tout genre.

Vinyl, sur OCS à partir du 15 février 2016.

Deutschland 83

La nostalgie des années 1980 bat son plein avec Deutschland 83. Créée par Anna et Joerg Winger, cette série marque le renouveau de la fiction allemande. Ce thriller d’espionnage n’est d’ailleurs pas passé inaperçu au Festival Séries Mania 2015 où il a obtenu les prix des Blogueurs dans la catégorie «meilleure série du monde» (et non pas «au monde»)

Si le scénario se permet quelques largesses avec certains détails narratifs et historiques, Deutschland 83 parvient à captiver son audience avec une bonne dose de suspens et des retournements de situation savoureux. La bande son dopée par les groupes de l’époque – The Cure, Eurythmics, New Order, sans oublier Nena et son cultissime «99 Luftballons» - ne gâche rien au plaisir qu’on éprouve devant cette série qui fleure bon la nostalgie.

L’histoire suit Martin Rauch, un soldat est-allemand âgé de 24 ans recruté par la Stasi pour mener une mission de la plus haute importance en Allemagne de l’Ouest. La crise des euromissiles menace de précipiter le monde dans la 3e Guerre Mondiale. C’est dans ce contexte particulièrement tendu que Martin, rebaptisé Moritz Stamm, est appelé à collecter des informations sur les stratégies de l’adversaire en devenant l’aide de camp d’un général ouest-allemand en relation directe avec les alliés américains.

Deutschland 83, à partir du 11 janvier sur Canal+

Marseille

C’est la première série française produite par Netflix. Et forcément, il y a Gégé (Gérard Depardieu) dedans. Créée par Dan Franck, co-réalisée par Florent Emilio-Siri (Cloclo, Nid de guêpes, Otage) Thomas Gilou (La vérité si je mens) et Dominique Carrara, cette série repose bien évidemment sur les larges épaules de Gérard Depardieu, mais peut aussi compter sur la présence de Benoît Magimel, de Géraldine Pailhas, de Nadia Farès ou encore d’Hippolyte Girardot. Que du beau monde.

L’histoire suit Robert Taro, maire de Marseille depuis 25 ans, qui se retrouve opposé à celui qu’il avait choisi pour être son successeur lors des prochaines élections municipales. Face à ce jeune loup de la politique avide de pouvoir, le maire sortant va être contraint de s’engager dans une lutte sans merci qui n’épargnera personne.

Marseille, prévue pour mars 2016 sur Netflix (retard d’un ou deux mois possible)

False Flag

La fiction israélienne se porte bien. Après l’excellente Hostages, Canal+ a réussi à dénicher False Flag, une série d’espionnage au suspens à couper le souffle. Inspirée d’un fait réel – l’assassinat de Mahmoud al-Mabhouh, haut dignitaire du Hamas, dans un hôtel de Dubaï – elle a reçu le prix du public de la meilleure série (ex æquo avec l’extraordinaire Olive Kitteridge) au Festival Séries Mania 2015 en avril dernier.

L’histoire suit cinq citoyens israéliens résidants à Tel-Aviv qui, deux semaines après l’enlèvement du ministre de la Défense iranien dans un hôtel de Moscou, se retrouvent accusés d’être des membres du Mossad responsables du kidnapping. Chacun réagit différemment à ces accusations qui sèment le trouble parmi leurs proches. Le service de sécurité intérieure envoie Eytan Koppel, inspecteur en chef du Shin Bet, enquêter sur cette affaire aux ramifications internationales.

False Flag, à partir du 7 janvier 2016 sur Canal+

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles