Roland-Garros : les Bleus à l’assaut du central

Jo-Wilfried Tsonga, qui a atteint le dernier carré en 2013, pourrait créer la surprise en s'imposant cette année. [[Glyn Kirk / AFP/Archives]]

"La Marseillaise" va-t-elle en­fin retentir sur le court Philippe-Chatrier ? Même si le public français en rêve, les chances de voir un Tricolore soulever la Coupe des Mousquetaires paraissent minces cette année encore. Jo-Wilfried Tsonga, demi-finaliste il y a deux ans, est à court de forme, tandis que Richard Gasquet et Gilles Simon peinent à briller en deu­xième semaine à Paris.

 

Reste Gaël Monfils, quart de finaliste l’an dernier et récent vainqueur de Roger Federer à Monte-Carlo, pour espérer un exploit. A moins qu’Adrian Mannarino, auteur d’un début d’année prometteur, ne soit la surprise française.

 

Jo-Wilfried Tsonga, 30 ans, 15e mondial

Sa saison sur terre battue n’est, pour l’heure, pas une franche réussite avec un 8e de finale aux Masters 1000 de Monte-Carlo et Madrid comme meilleur résultat. A sa décharge, Jo-Wilfried Tsonga n’a repris la compétition qu’en mars, après quatre mois d’arrêt pour soigner une blessure à l’avant-bras droit. Le Manceau garde l’espoir de renouveler son exploit de 2013 lorsqu’il avait atteint le dernier carré des Internationaux de France.

 

Richard Gasquet, 28 ans, 21e mondial

La terre battue portugaise lui avait souri. En sera-t-il de même à Paris ? Vainqueur de l’Open d’Estoril début mai, en s’imposant facilement contre l’Australien Nick Kyrgios (6-3, 6-2), Richard Gasquet, également sacré en février à Montpellier, est actuellement l’homme en forme du bateau France, malgré ses éliminations au 2e tour à Madrid et Rome.

Fort de ses douze trophées en carrière, dont trois sur terre battue, le Biterrois est désormais le Français le plus titré (à égalité avec Gilles Simon), derrière Yannick Noah (23). De quoi marquer la différence avec l’année dernière, où il avait enchaîné les blessures et était sorti des Internationaux de France par la petite porte dès le 3e tour.

 

Gaël Monfils, 28 ans, 14e mondial

La seule vraie chance française ? Gaël Monfils joue en ce moment l’un de ses meilleurs tennis et semble le Tricolore le mieux armé pour aller loin à la Porte d’Auteuil.En éliminant notamment Roger Federer en 8e de finale le mois dernier à Monte-Carlo, il a réussi à se hisser en demi-finale d’un Masters 1000 pour la première fois depuis cinq ans. Mais attention au physique, le Parisien s’est déjà blessé à deux reprises au genou cette saison.

 

Gilles Simon, 30 ans, 13e mondial

Le n° 1 français n’est pas au mieux. Gilles Simon a en effet connu un beau début d’année, en battant notamment en février le n° 4 mondial, Andy Murray, à Rotterdam avant de remporter le tournoi de Marseille, en écartant en finale Gaël Monfils.

Depuis, le Niçois a perdu de sa superbe, en butant notamment à trois reprises sur les Espagnols David Ferrer et Rafael Nadal. Pour ne rien arranger, il s’est blessé aux cervicales à Rome et a déclaré forfait à Nice. Inquiétant avant d’attaquer Roland-Garros.

 

Adrian Mannarino, 26 ans, 31e mondial

Et si c’était lui ? Auteur d’un bon début d’année sur surface dure, Adrian Mannarino s’est illustré dans des tournois mineurs (finale à l’Open d’Auckland, demi-finale à Delray Beach) avant de continuer sur sa lancée à Indian Wells et Miami, en sortant notamment Ernests Gulbis (22e) et Stanislas Wawrinka (9e).

Le natif du Val-d’Oise a ainsi atteint son meilleur classement mondial. Mais, depuis quelques semaines et le passage sur terre battue, c’est un peu plus compliqué pour lui. Le gaucher a été battu sèchement au premier tour lors des Masters 1000 de Monte-Carlo, Madrid et Rome. Il s’est également séparé de son entraîneur, Eric Prodon, fin avril, après seulement un an de collaboration.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles