Roland-Garros : qui seront les rois de la terre ?

Maria Sharapova et Rafael Nadal vainqueurs de Roland-Garros en 2014, entourent Jean Gachassin le président de la Fédération française de tennis.[PATRICK KOVARIK / AFP]

La "Decima" peut-elle échap­per à Rafael Nadal ? En quête d’un dixième titre en onze participations à la Porte d’Auteuil, l’Espagnol a une nouvelle fois rendez-vous avec l’Histoire. 

 

Mais Novak Djokovic, intouchable depuis le début de la saison, lui qui n’a jamais triomphé à Paris, et Andy Murray, qui vient de remporter les deux premiers titres de sa carrière sur terre battue (Munich et Madrid), l’attendent au tournant. Chez les dames, Serena Williams va tenter la passe de trois après l’US Open et l’Open d’Australie, à moins que ses poursuivantes, Maria Sharapova et Simona Halep, ne déjouent les pronostics. 

 

Rafael Nadal, 28 ans, Espagnol

nadal-patrick_kovarik_afp.jpg

PATRICK KOVARIK / AFP

Une fois n’est pas coutume, le nonuple vainqueur de Roland-Garros attaquera cette édition dans un costume d’outsider. Battu sèchement (6-2, 6-3) par Andy Murray en finale du Master 1000 de Madrid, puis sorti en quart de finale à Rome par Stan Wawrinka, le Majorquin semble loin de son meilleur niveau. 

Désormais 7e mondial, il n’avait jamais été aussi mal classé depuis mai 2005. Et son absence du Top 4 au moment du tirage au sort pourrait l’obliger à affronter le n° 1 mondial, Novak Djokovic, avant les demi-finales. Il ne faut toutefois pas enterrer trop vite Rafael Nadal, qui n’a perdu qu’un seul match sur la terre battue de la Porte d’Auteuil en dix ans, contre le Suédois Robin Söderling, en 2009.

 

Novak Djokovic, 28 ans, Serbe

djokovic-gabriel_bouys_afp.jpg

GABRIEL BOUYS / AFP

C’est l’année ou jamais pour le Serbe. Détenteur de huit tournois du Grand chelem, le n° 1 mondial ne s’est jamais imposé à Paris, échouant deux fois en finale, dont l’année dernière face à Nadal. Mais alors que ce dernier montre des signes de faiblesse, Novak, Djokovic compte bien saisir sa chance. Et son début de saison tonitruant, avec ses succès àd’Indian Wells, de Miami, de Monte-Carlo et Rome, en fait le grandissime favori.

 

Andy Murray, 28 ans, Écossais

murray-dani_pozo_afp.jpg

DANI POZO / AFP

Grand spécialiste des surfaces rapides, Andy Murray est pourtant devenu en quelques semaines un des favoris de Roland-Garros. Alors qu’il n’avait jamais remporté le moindre tournoi sur terre battue avant le mois de mai, l’Ecossais a gagné deux titres d’affilée à Munich puis à Madrid.

En Espagne, il s’est même payé le luxe de battre en finale Rafael Nadal (6-3 6-2), en moins d’une heure et demie. De bon augure pour Murray qui, quelques semaines après son mariage avec Kim Sears, espère prolonger sa lune de miel et son invincibilité (9 victoires sur terre battue) Porte d’Auteuil.

 

Simona Halep, 23 ans, Roumaine

halep_tiziana_fabi_afp.jpg

TIZIANA FABI / AFP

Roland-Garros aura un goût de revanche pour Simona Halep. L’année dernière, la Roumaine est tombée en finale contre Maria Sharapova au terme d’une rencontre très disputée. Il y a quelques jours, Halep a vu la Russe lui ravir la 2e place au classement WTA.

Bien décidée à ne pas rester sur la troisième marche du podium, elle a fait du tournoi parisien une priorité. Chris Evert, sept fois gagnante à Paris, en fait sa favorite.

 

Maria Sharapova, 28 ans, Russe

sharapova-filippo_monteforte_afp.jpg

FILIPPO MONTEFORTE / AFP

Tenante du titre et vainqueur à deux reprises de Roland-Garros, Maria Sharapova fait encore figure de favorite cette année. Deuxième mondiale, elle semble retrouver son meilleur niveau après avoir connu un début d’année difficile, s’inclinant notamment au premier tour à Miami et Stuttgart.

 Il y a deux semaines, elle avait ainsi atteint les demi-finales à Madrid avant de triompher à Rome. De quoi emmagasiner assez de confiance pour partir à la défense de son titre. 

 

Serena Williams, 33 ans, Américaine

williams-tiziana_fabi_afp.jpg

TIZIANA FABI / AFP

La n° 1 mondiale n’aborde pas Roland-Garros dans les meilleures conditions. Fin avril, elle déclarait ne pas être «prête» pour la terre battue. Début mai, elle le prouvait en étant stoppée par Petra Kvitova en demi-finale à Madrid (6-2 6-3), puis en abandonnant avant son 8e de finale à Rome à cause de douleurs au bras droit.

En manque de confiance, Serena Williams reste toutefois une des grandes favorites à Paris, où elle aura comme objectif premier de faire oublier son élimination dès le 2e tour l’année dernière.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles