Wimbledon : Gazon maudit pour les Bleus ?

Jo-Wilfried Tsonga a atteint les demi-finales à Wimbledon en 2011 et 2012. Jo-Wilfried Tsonga a atteint les demi-finales à Wimbledon en 2011 et 2012.[Glyn Kirk / AFP]

Ils seront douze tricolores, à partir de ce lundi, à se lancer à la conquête de Wimbledon, qui se refuse à un Français depuis l’ère Open. Le plus prestigieux tournoi du monde doit aussi servir à Jo-Wilfried Tsonga, Richard Gasquet ou encore Gilles Simon de préparation au quart de finale de Coupe Davis face à la Grande-Bretagne, qui se jouera sur le gazon du Queen’s.  

 

Entre les Français et Wimbledon, ce n’est pas une franche histoire d’amour. Depuis l’ère Open, aucun tricolore n’a réussi à devenir membre du All England Lawn Tennis and Croquet Club, réservé aux vainqueurs du plus prestigieux tournoi du monde.

Une disette qui contraste avec les succès d’Amélie Mauresmo (2006) et Marion Bartoli (2013) chez les dames. Ces sacres pourraient servir de source d’inspiration aux douze bleus du tableau masculin prêts à en découdre, à partir de ce lundi, sur le gazon londonien.

Et comme souvent, la majeure partie des espoirs reposeront sur Jo-Wilfried Tsonga - demi-finaliste en 2011 et 2012-, même si la concurrence promet d’être plus relevée que jamais avec Novak Djokovic, n°1 mondial et tenant du titre, Roger Federer, couronné à sept reprises, Andy Murray, Stan Wawrinka, ou encore Rafael Nadal. Sa tâche s’annonce d’autant plus compliquée qu’il n’a plus rejoué depuis sa défaite en demi-finale de Roland Garros.

Auteur d’une bonne saison sur herbe, Gilles Simon peut prétendre à jouer les troubles fêtes, tout comme Richard Gasquet et Nicolas Mahut. Pour les Français, ce Wimbledon est aussi un bon moyen de se faire la main avant le quart de finale de Coupe Davis (17-19 juillet) face à la Grande-Bretagne sur le gazon du Queen’s... 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles