Paris-Bercy: ce sera de nouveau sans Roger Federer

Roger Federer face à l'Américain John Isner en 8e de finale du Masters 1000 de Paris-Bercy, le 5 novembre 2015 [MIGUEL MEDINA / AFP] Roger Federer face à l'Américain John Isner en 8e de finale du Masters 1000 de Paris-Bercy, le 5 novembre 2015 [MIGUEL MEDINA / AFP]

Le Masters 1000 de Paris-Bercy va devoir une nouvelle fois se passer prématurément de Roger Federer, victime des 27 aces du géant américain John Isner jeudi en huitièmes de finale de l'un des tournois qui lui réussit le moins depuis le début de sa carrière.

Certes, le Suisse figure au palmarès de l'épreuve parisienne (en 2011), mais il n'y a atteint que trois fois le dernier carré. Presque une misère compte tenu de sa suprématie sur le tennis en salle depuis plus de dix ans. La faute au calendrier qui place Bercy entre deux objectifs majeurs pour lui : le tournoi de Bâle, sa ville natale où il se fait un devoir d'arriver au meilleur de sa forme tous les ans et où il vient de s'imposer dimanche pour la septième fois, et le bouquet final du Masters. "Ma préparation pour Paris n'est jamais idéale", a reconnu le N.2 mondial.

Bien préparé ou pas, John Isner est le genre de joueur que personne n'aime rencontrer, même s'il n'a pas beaucoup d'autres coups que le premier à sa disposition. Pour peu qu'il soit dans un bon jour au service, le double mètre de Caroline du Nord, âgé de 30 ans, est impossible à breaker, et tout se joue dans les tie-breaks, sur quelques coups de raquette. C'est ce qui est arrivé à Federer à deux reprises cette année. A l'US Open en septembre, il s'en était tiré à son avantage (7-6, 7-6, 7-5), mais jeudi, sans qu'il ait à rougir de sa performance, les éclairs attendus ne sont pas sortis de sa raquette.

"John a la taille, la puissance, les angles. J'aurais peut-être dû changer quelque chose, mais je ne sais pas trop quoi. Ne m'étant pas fait breaker, on ne peut pas dire que j'ai fait un mauvais match. Il a continué à servir à 230 km/h jusqu'au bout, même dans les moments importants", a commenté le Suisse, battu 7-6 (7/3), 3-6, 7-6 (7/5).

Douleur au bras

Fait très rare pour lui, il a fait appel au kiné dans le troisième set, pour apaiser une douleur au bras qui ne l'a pas longtemps gêné et ne le préoccupe pas pour l'avenir. "J'ai déjà eu mal en demi-finale à Bâle et puis c'est parti. Je ne suis pas du tout inquiet pour le Masters", a-t-il assuré.

Isner, 13e mondial, affrontera au prochain tour l'Espagnol David Ferrer, un bon retourneur qui a un bilan de cinq victoires en six matches contre l'Américain. Exactement comme Federer avant jeudi.

Un autre Top 10 est tombé en huitièmes de finale, le Japonais Kei Nishikori (N.7), contraint à l'abandon au deuxième set contre Richard Gasquet à 7-6 (7/3), 4-1 à cause d'une douleur aux abdominaux.

Le Français, qui serait qualifié pour le Masters en cas de forfait de Nishikori, mais n'y compte pas trop, le Japonais ayant tenu des propos rassurants sur sa santé, affrontera Andy Murray en quarts. Le Britannique a envoyé un inquiétant message aux Belges en balayant leur N.1 David Goffin 6-1, 6-0, à trois semaines de la finale de la Coupe Davis. Le Saladier d'argent se jouera certes sur terre battue et non sur dur, mais tout de même.

Novak Djokovic a lui remporté son 19e match d'affilée et ses 25e et 26e sets, face à Gilles Simon, 6-3, 7-5, en perdant cinq fois son service et en réussissant sept breaks.

Les résultats de jeudi (8e de finale):

Novak Djokovic (SRB/N.1) bat Gilles Simon (FRA/N.14) 6-3, 7-5

David Ferrer (ESP/N.8) bat Grigor Dimitrov (BUL) 6-7 (4/7), 6-1, 6-4

John Isner (USA) bat Roger Federer (SUI) 7-6 (7/3), 3-6, 7-6 (7/5)

Richard Gasquet (FRA/N.10) bat Kei Nishikori (JPN/N.6) 7-6 (7/3), 4-1 (abandon)

Andy Murray (GBR/N.2) bat David Goffin (BEL/N.16) 6-1, 6-0

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles