Open d'Australie : une finale Williams-Kerber

L'Allemande Angelique Kerber lors du match contre la Britannique Johanna Konta, le 28 janvier 2016 lors de l'Open d'Australie, à Melbourne [SAEED KHAN / AFP] L'Allemande Angelique Kerber lors du match contre la Britannique Johanna Konta, le 28 janvier 2016 lors de l'Open d'Australie, à Melbourne [SAEED KHAN / AFP]

Serena Williams, N.1 mondiale, et Angelique Kerber, N.6, s'affronteront samedi en finale de l'Open d'Australie dans une affiche inédite à ce niveau d'un tournoi du Grand Chelem.

Les deux joueuses ont gagné aisément leurs demi-finales jeudi à Melbourne, l'Américaine face à la Polonaise Agnieszka Radwanska, balayée 6-0, 6-4, et l'Allemande aux dépens de la Britannique Johanna Konta, invitée-surprise du dernier carré, battue en deux sets également 7-5, 6-2. Pour l'Américaine, c'est un retour en finale de Grand Chelem après l'échec au dernier US Open, et pour l'Allemande une première, à 28 ans.

En septembre à New York, Williams s'était inclinée en demi-finale contre toute attente devant l'Italienne Roberta Vinci. A la suite de cette déception qui lui avait coûté le Grand Chelem, elle avait pris une longue période de repos, jusqu'à début janvier. "Physiquement, je me sens bien mieux, j'avais besoin d'une pause après l'US Open", a dit la cadette des Williams, âgée de 34 ans. C'est en effet une championne au sommet de son tennis qu'a vu le public de la Rod Laver Arena, surtout en début de match.

L'Américaine Serena Williams remporte le match contre la Polonaise Agnieszka Radwanska, le 28 janvier 2016 lors de l'Open d'Australie à Melbourne [PETER PARKS / AFP]
Photo
ci-dessus
L'Américaine Serena Williams remporte le match contre la Polonaise Agnieszka Radwanska, le 28 janvier 2016 lors de l'Open d'Australie à Melbourne

 

Il n'y a pas eu de suspense, contre Radwanska, une rivale qu'elle avait toujours dominée en huit rencontres. Williams a fait parler sa puissance au service (8 aces) et du fond du court pour remporter une victoire écrasante. Une statistique résume sa supériorité: 42 coups gagnants à 4... Le match a même commencé comme une démonstration. Après un premier set bouclé 6-0 en 20 minutes, on se dirigeait vers un record de vitesse.

Mais la Polonaise, 4e mondiale, a réagi dans la deuxième manche. Breakée rapidement, elle a fait l'effort pour revenir et même passer devant brièvement (4-3). Ce ne fut qu'un feu de paille. Après un nouveau break à 5-4, Williams concluait en 1h 04 min. "Au début, tous mes coups réussissaient. Puis Agnieszka a commencé à bien jouer au deuxième set. Il a fallu que je réagisse. J'ai joué plus agressif et ça a marché", a commenté l'Américaine.

La 26e finale de Williams

Williams disputera sa 26e finale de Grand Chelem. Elle en a pour le moment gagné 21, à une unité du record de l'ère Open (depuis 1968) détenu par l'Allemande Steffi Graf, le record absolu appartenant à l'Australienne Margaret Court-Smith (24). Elle sera bien sûr archi favorite face à Kerber, une gauchère dont les meilleurs résultats dans les tournois majeurs étaient jusqu'ici deux demi-finales à l'US Open en 2011 et à Wimbledon en 2012.

Elle est la première Allemande en finale à Melbourne depuis Anke Huber, qui avait perdu contre Monica Seles en 1996. Le spectacle n'a pas été exceptionnel dans la deuxième demi-finale. Kerber a choisi la bonne tactique en tenant bien la balle dans le court. Résultat, 36 fautes directes de la Britannique contre 11, soit environ une tous les deux jeux pour l'Allemande.

A lire aussi : Vidéo : il prend un service de Berdych à 195 km/h dans les testicules

En début de match, la joueuse de Brême a profité de la crispation de Konta, 47e mondiale, qui découvrait ce niveau de la compétition. La Britannique, d'origine australienne, a eu une belle réaction en revenant de 3-0 à 3-3, mais a craqué en fin de première manche. C'en était fini de ses espoirs, Kerber prenant rapidement le large dans la deuxième. "Il faudra que je joue mon meilleur tennis pour avoir ma chance en finale", a dit Kerber, qui a tout de même battu Williams une fois en cinq rencontres, en 2012.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles