De plus en plus d'adeptes de la pêche à l’aimant

Par
Mis à jour le Publié le

C'est un loisir qui séduit de plus en plus d'adeptes : la pêche à l'aimant. Équipé d'instruments «super-puissants», de plus en plus de personnes fouillent les rivières de France pour en retirer des trésors noyés.

Des objets insolites, parfois des vélos ou scooters, mais parfois plus dangereux comme des obus ou des grenades sont repéchés. Sur les bords de la Seine, ils sont de plus en plus nombreux. À l'aide d'un aimant très puissant, il suffit parfois de quelques lancers seulement pour faire remonter à la surface des objets métalliques oubliés au fond du fleuve.

Une activité qui fascine les chasseurs de trésors, et qui contribue à dépolluer les fleuves mais qui n'est pourtant pas sans danger notamment dans l'Oise ou les Hauts de France. Ce sont des zones marquées par la Grande guerre et ses bombardements.

Ils restent donc des obus, des munitions ou des grenades qui n'ont parfois pas explosé, et peuvent être encore actifs. Face à ces risques, la sécurité civile rappelle que la pêche à l'aimant est illégale sans autorisation.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles