On a testé le Run week-end de Disneyland Paris, la course sans pression et dans la bonne humeur

Par
Mis à jour le Publié le

La nouvelle édition du Disneyland Paris Run week-end a eu lieu il y a quelques jours. Trois jours de course sous le signe du fun, dans la bonne humeur la plus totale.

Pas besoin de chercher un chrono affiché pendant l'événement, qui s'est déroulé du 20 au 22 septembre, il n'y en a tout simplement pas. Libre à vous de vous chronométrer, mais clairement, ce n'est pas le but.

En marchant, en courant, en fauteuil roulant…

Et nous souhaitons d'ailleyrs bon courage à ceux qui voudraient "claquer un temps", parce que ce n'est pas simple de zigzaguer entre les dizaines de Raiponce, Minnie, Simba ou encore Tweedledum et Tweedledee (les jumeaux d'Alice au pays des merveilles) qui participent en même temps. 

Le Disneyland Paris Run Week-end se compose de plusieurs courses. Un 5 km a lieu le vendredi soir, à la nuit tombée, suivi d'un 10 km le samedi matin (à laquelle a participé Camille Cerf, Miss France 2016), de courses dédiées aux enfants en fin de matinée, et enfin un semi-marathon, en apothéose le dimanche.

En courant, en marchant, en fauteuil roulant... Tous les moyens ou presque sont bons, sachant que les participants sont avant tout là pour vivre un moment magique à l'intérieur du parc, sans les visiteurs.

Les deux principales courses (10 kilomètres et 21km) se déroulent en effet à 7 heures du matin, trois heures avant l'ouverture au public. C'est donc dans une ambiance particulière, baignée d'une lumière un peu irréelle, qu'on arpente les allées, avec le soutien efficace des employés, déjà sur le pont et prêts à donner de la voix et assurer les ravitaillements en compagnie de nombreux bénévoles (merci à eux, d'ailleurs).

27 000 participants sur les trois jours de course

En bonus, une partie du parcours se déroule dans les coulisses des deux parcs à thème Disney et c'est un plaisir d'entrevoir l'envers du décor. Certes, les hangars aux noms évocateurs (Jiminy Cricket, Roger Rabbit, Gepetto…) ne sont pas forcément glamour, mais c'est là que la magie prend forme, comme en attestent certains morceaux d'attractions en travaux. Un must pour les fans de Disney. 

disney1_5d87baaad8d26.jpg

Sur les trois journées, 27 000 participants ont été comptabilisés cette année, ce qui confirme le succès de l'opération, lancée en 2016 à Paris, et qui prend chaque année de l'ampleur.

Plus étonnant, certains participants n'hésitent pas à traverser l'Europe ou carrément la planète pour chausser leurs plus belles baskets à Marne-la-Vallée. Des concurrents espagnols, néerlandais, américains et même chinois étaient ainsi présents lors du Disney Run 2019, et certains, parmi les plus fervents, avaient déjà participé à ce type d'événements à Disneyworld, en Floride, par exemple. 

Des médailles collector

Parmi les coureurs, certains ne cachent pas en outre leur petit plaisir de collectionneur. Car le Run Week-end se distingue aussi des courses classiques par des trophées un peu spéciaux. En effet, pour chacune des courses, une médaille en métal exclusive est remise au «finisher» (pour les 5km, 10km, 21km et kids race). Chaque année différentes, elles font l'objet d'une longue phase de création dans les studios de Disney, comme le prouve la vidéo ci-dessous. Devenues de véritables collectors, il y a même de la spéculation à leur sujet ensuite sur des sites comme ebay.

Quant à ceux qui cumulent plusieurs courses pendant le week-end, ils ont carrément droit à des médailles bonus encore plus exclusives (le challenge 31km pour ceux participant aux 10 et 21 km ou carrément le challenge 36km pour ceux qui font le grand chelem). Il y a même une médaille «Castle to château» pour les ultrapassionnés qui réaliseront le semi-marathon de Disneyland Paris mais aussi un marathon ou un semi-marathon dans un parc Disney américain au cours de la même année. 

Pour les plus méritants, cette année à Marne-la-Vallée, certains finishers du 21km ont eu droit à une récompense de très haut niveau : c'est carrément le champion olympique de Boxe Tony Yoka, actuellement en quête d'un titre mondial (il a d'ailleurs remporté son dernier combat samedi soir), qui les attendait sur la ligne d'arrivée pour leur remettre le trophée. Du lourd ! 

yoka_5d90f9ee4193e.jpg

Rendez-vous en 2020 pour la cinquième édition, qui sera comme d'habitude programmée fin septembre, du 24 au 27. Mais le bruit court aussi concernant une édition spécialement dédiée à l'univers des princesses, le 8 mai prochain. Le rendez-vous est pris. 

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles