Film anti-islam : dispositif habituel devant l'ambassade américaine à Paris

Mis à jour le Publié le

L'ambassade des Etats-Unis à Paris, cible samedi d'une manifestation non déclarée contre le film islamophobe qui a embrasé le monde musulman, se trouvait dimanche matin protégée par le dispositif habituel de gendarmerie mobile, a constaté un journaliste de l'AFP.

Des policiers en civil et en tenue étaient également dans les rues proches, a assuré la Préfecture de police à l'AFP, précisant que le dispositif "évoluera en fonction de la physionomie du jour".

Comme d'habitude, une demi-douzaine de véhicules et une bonne vingtaine de gendarmes mobiles étaient disposés en face de l'entrée de l'ambassade avenue Gabriel (VIIIe).

Comme à l'accoutumée, les gendarmes mobiles demandaient aux passants de ne pas emprunter le trottoir qui longe l'ambassade américaine et les jardins de l'ambassade du Royaume-Uni en direction de l'Elysée, côté grille du Coq.

La seule activité inhabituelle pour un dimanche matin dans ce secteur était celle de centaines de personnes se rendant à pied vers l'Elysée pour visiter le palais et les jardins présidentiels, ouverts au public à partir de 8H00 à l'occasion des journées du Patrimoine.

150 personnes avaient été interpellées samedi en fin d'après-midi puis conduites dans des commissariats pour vérification d'identité avant d'être toutes relâchées, selon la Préfecture de police (PP), qui avait fait état de quatre policiers légèrement blessés.

Par ailleurs, selon la PP, un manifestant a été placé en garde à vue samedi en fin d'après-midi. Selon une source judiciaire, il s'agit d'un Français mineur de 16 ans qui était toujours en garde à vue dimanche matin pour "violence sur personne dépositaire de l'autorité publique".

 

Vous aimerez aussi

Violences «Usage excessif de la force» contre les gilets jaunes : le gouvernement balaie les accusations de l’ONU
Violences Beauvais : un lycéen brise la mâchoire de son prof, qui lui demandait d’enlever son bonnet
Un militant porte une pancarte avec l'inscription "Macron, notre drame français" en référence à l'incendie qui a dévasté Notre-Dame de Paris, le 20 avril 2019 [Zakaria ABDELKAFI / AFP]
Mobilisation sociale «Gilets jaunes» : premières échauffourées dans le cortège parisien

Ailleurs sur le web

Derniers articles