Comptes de campagne : ce qui est reproché à Jean-Luc Mélenchon

Par
Mis à jour le Publié le

Le patron de la France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon, est visé par une enquête préliminaire du Parquet de Paris pour ses comptes de campagne électorale en 2017, alors même que ses comptes ont bien été validés par la commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques.

Il lui est reproché plusieurs montages financiers avec des associations et des entreprises, qui auraient permis à la France Insoumise de bénéficier d'un différentiel comptable de 1,3 million d'euros, selon Jean-Guy de Chalvron, rapporteur des comptes de la campagne de Jean-Luc Mélenchon auprès de  la Commission des comptes de campagne, qui a épluché les comptes de la France Insoumise.

Les dépenses litigieuses concernent des prestations matérielles telles que l'organisation des meetings, la location de matériel, de salle ou l'impression de tracts. Selon le rapporteur, l'association l'Ere du peuple et l'entreprise Mediascop auraient facturé leurs prestations dans ce domaine de façon à bénéficier d'un différentiel comptable pour un montant de 54.479 €. Trois membres de l’association l’Ere du peuple sont des proches de Jean-Luc Mélenchon. La fondatrice de Médiascop, Sophia Chikirou, est la directrice de la communication de la campagne du candidat.

Des dépenses suspectes

Des prestations intellectuelles sont également concernées. Bastien Lachaud a été payé 29.976 € bruts pour son rôle de coordinateur du pôle Action de campagne et événements. L'Ere du Peuple a facturé, toujours selon le rapporteur, ses services 129.920 € à l'association de financement de la campagne de Jean-Luc Mélenchon. Des chiffres contestés par la France Insoumise.

Pour d'autres dépenses, c'est le caractère « électoral » qui est difficile à établir. La loi ne dit pas clairement ce qu'est une dépense « électorale », elle dit simplement que cette dépense « doit être utile à l'expression des suffrages ». Jean-Luc Mélenchon a par exemple demandé le remboursement de la Convention de Lille : 209.629 € engagés, pour organiser cette convention dont le but était la création de la France Insoumise. Le parti n'a pas été créé exclusivement pour la campagne mais est-ce une dépense électorale ? Le sujet fait débat.

Les comptes de campagne avaient été validés par la commission nationale, mais dans la douleur et surtout avec la démission du rapporteur des comptes de Jean-Luc Mélenchon, Jean-Guy de Chalvron. Pendant six mois, il a épluché toutes les factures du candidat... et il a relevé toutes les (irrégularités) et les « dossiers complexes », les dépenses évoquées s'élevant à 1,3 million d’euros.

Mais la Commission nationale des comptes de campagne ne l’a pas suivi pas et lui a demandé de valider les comptes avec un différentiel toléré de 400.000 € : il a refusé et a été poussé vers la sortie.

Au moment de cette enquête, la France Insoumise a été sollicitée et n'a pas répondu à nos demandes.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles