Agnès Buzyn à propos de la mort de Naomi : «Il y a eu un dysfonctionnement grave avec un manque d’humanité qui est intolérable»

Par
Mis à jour le Publié le

Agnès Buzyn était l'invitée de Jean-Pierre Elkabbach dans #LaMatinale sur CNEWS. La ministre des Solidarités et de la Santé a abordé la mort de Naomi Musenga estimant qu’il y a eu «un dysfonctionnement grave avec un manque d’humanité qui est intolérable».

> L'interview complète

«Pour l'instant, sur Strasbourg les sanctions ont été prises», a-t-elle dit, interrogée sur Cnews sur d'éventuelles autres sanctions. L'opératrice qui a répondu a quitté ses fonctions et le responsable du Samu de Strasbourg a démissionné.

Pour la ministre de la Santé, les dysfonctionnements s’expliquent car « des urgences ont du mal à fonctionner dans certains hôpitaux par manque de personnel car on ne trouve pas d’urgentiste. Nous n’avons pas formé dans notre pays assez de médecin spécialiste des urgences et donc les postes sont vacants. » La ministre a annoncé qu’elle rencontrera le père de Naomi en juillet.

Agnès Buzyn a aussi évoquer la question des hôpitaux publics expliquant qu’elle « ne souhaite pas fermer des hôpitaux, il faut simplement mieux organiser ce que l’on fait et ou on le fait. Il faut que les hôpitaux arrêtent d’être en compétition, il faut qu’ils soient en coordination. Ca n’est pas la peine d’essayer de faire tout partout, nous n’en sommes pas capables. »

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles