Tensions accrues entre l'exécutif et le Sénat, sur fond d'affaire Benalla

Mis à jour le Publié le

C'est une période de tensions qui se dessine entre le gouvernement et le Sénat, à cause de l'affaire Benalla.

Première pique lancée par Christophe Castaner ce vendredi 14 septembre : le secrétaire d'État met en garde les sénateurs, qui auditionneront la semaine prochaine Alexandre Benalla.

Samedi 15 septembre, c'est la garde des Sceaux Nicole Belloubet qui est montée au créneau dans tribune publiée par Le Monde. Elle alerte sur le risque de non-respect de la séparation des pouvoirs, si le parlement venait à empiéter sur le domaine judiciaire. «Le président de la République (...) - et tout ce qui touche à la fonction présidentielle - , ne saurait faire l'objet d'une commission d'enquête.»

Des déclarations que n'ont pas manqué de dénoncer les opposants au gouvernement, à commencer par Jean-Luc Mélenchon, sur son compte Facebook : «Le bras de fer de Macron, Castaner et Benalla avec le Sénat est du jamais vu. Il marque désormais une escalade sans précédent (...) L'exécutif (...) déstabilise les institutions.»

Du côté du Rassemblement national aussi, on s'engouffre dans la brèche. Alexandre Benalla doit être entendu, le 19 septembre, par la commission d'enquête. L'ancien chargé de mission a d'abord refusé, avant d'accepter, s'estimant «contraint» de s'y rendre.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles