Référendum en Nouvelle-Calédonie : quels sont les enjeux ?

Par
Mis à jour le Publié le

Le référendum en Nouvelle-Calédonie a lieu dimanche 4 novembre. Les 174.000 électeurs autorisés à voter selon les critères vont devoir choisir entre rester en France ou devenir indépendants. Les enjeux sont nombreux.

Elle n’est pas encore indépendante, mais déjà très autonome. La Nouvelle-Calédonie a un statut juridique unique et plus de droits que les collectivités d’Outre-Mer : elle a son propre gouvernement et son propre congrès qui peut voter des lois.

Depuis 1988 et les accords de Matignon, la France a rétrocédé à l’archipel surnommé le Caillou toutes les compétences qui ne sont pas régaliennes. La santé, la sécurité civile, le développement économique, l’éducation, l’environnement : autant de compétences aujourd’hui exercées par les pouvoirs locaux.

L’objet du référendum est de savoir si la Nouvelle-Calédonie peut récupérer sa pleine souveraineté, perdue en 1853, et les compétences qui vont avec : justice, police, défense, monnaie et affaires étrangères.

Au-delà du transfert des compétences régaliennes, si le oui remporte les suffrages, l’île accèdera également à un statut international de pleine responsabilité et donc d’un siège à l’ONU. La nationalité calédonienne sera également créée et reconnue.

En cas de victoire du non, tout espoir ne sera pas perdu pour les indépendantistes. L’accord de Nouméa signé en 1999 permet la possibilité d’organiser deux autres référendums, en 2020 et 2022.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles