Attention à la surconsommation de somnifères

Mis à jour le Publié le

Un Français sur 8 a déjà consommé au moins une fois dans sa vie un somnifère. La France reste la vice-championne européenne de cette consommation. Mais attention, s'ils aident les Français à dormir, les somnifères peuvent aussi être dangereux.

Ils aident les Français à trouver le sommeil, mais sur le corps humain, les somnifères n’ont pas que des bienfaits. Premier risque : celui que la prise du médicament s’éternise.

Normalement, la prise de somnifère ne doit pas excéder quatre semaines. Aujourd’hui, 15% des Français qui en utilisent y ont recourt pendant de trop longues durées, 7 mois en moyenne. Résultat : l’organisme s’habitue, l’effet du médicament est alors passager.

Deuxième danger : que la dépendance s’installe. Selon les personnes, elle s’installe au bout de un à trois mois. Une dépendance physique mais aussi psychique. L’arrêt brutal du médicament peut créer un syndrome de manque. Les symptômes d’insomnie sont alors décuplés et peuvent s’accompagner de crise d’anxiété, de maux de tête, de cauchemars.

Autre risque inquiétant : des effets directs sur la santé. Selon une étude parue en 2014, la prise de somnifères multipliait par 2 le risque de mortalité prématurée et augmentait de 35% celui de développer un cancer. Les somnifères peuvent aussi rendre les individus agressifs ou les pousser au suicide. C’est rare, mais cela peut arriver lors d’une prise trop longue du médicament.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles