Affaire Grégory : le Conseil constitutionnel donne raison à Murielle Bolle

Par
Mis à jour le Publié le

Le Conseil constitutionnel a donné raison vendredi à Murielle Bolle, personnage-clé de l'affaire Grégory, qui cherche à faire annuler sa garde à vue de 1984 au cours de laquelle, âgée de 15 ans, elle avait accusé son beau-frère Bernard Laroche d'avoir enlevé l'enfant en sa présence.

Ce nouveau rebondissement, qui intervient 34 ans après la mort du petit garçon retrouvé mains et pieds attachés dans une rivière des Vosges, pourrait amener la justice pénale à rayer du dossier toute mention de ces déclarations cruciales. Murielle Bolle s'était ensuite rétractée en dénonçant des pressions des gendarmes.

Les 2 et 3 novembre 1984, Murielle Bolle a 15 ans lorsqu'elle est placée en garde à vue dans le cadre de l'Affaire Grégory. Mais à cette époque, une ordonnance sur «l'enfance délinquante» ne prévoyait pas l'assistance d'un avocat pour un mineur.

Murielle Bolle avait alors accusé son beau-frère, Bernard Laroche, d'avoir enlevé le petit Grégory. Elle s'est ensuite rétractée et a affirmé avoir parlé sous la contrainte des gendarmes. 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles