Le gouvernement demande aux syndicats d'apaiser la colère des gilets jaunes

Par
Mis à jour le Publié le

A l'approche de l'intersyndicale, les principales instances tentent de se rallier au mouvement des gilets jaunes, après la demande faite par Emmanuel Macron aux syndicats de lancer un appel au calme. Mais les gilets jaunes, eux, ne sont pas prêts à se rallier aux organisations.

«Ni partis, ni syndicats». Depuis le début de leur mouvement, les gilets jaunes sont clairs, et répètent à tout va ne pas vouloir être affiliés à une quelconque organisation politique ou syndicale.

Mais alors que la mobilisation est dans sa troisième semaine, l’exécutif leur lance un appel du pied et demande aux syndicats d’apaiser la colère des manifestants. Une colère qui pourrait éclater une nouvelle fois samedi 8 décembre avec le 4e acte des gilets jaunes.

Cette main tendue ne suffit pas aux manifestants, qui refusent de servir de faire-valoir aux syndicats. C’est aujourd’hui que les leaders des plus gros syndicats vont se retrouver pour faire le point sur la crise des gilets jaunes, et tenter de récupérer leur rôle d’intermédiaire, entre le gouvernement et les protestataires.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles