Gilets jaunes : une mobilisation en forte baisse

Mis à jour le Publié le

Un peu plus de 33.000 manifestants comptabilisés ce samedi à 15h dans la France entière, soit deux fois moins que les 77.000 recensés la semaine dernière. Quelles sont les raisons de cet essoufflement ?

En région et à Paris ce samedi, les manifestants se sont montrés nettement moins nombreux que les semaines précédentes. Tout d'abord, la déclaration d'Emmanuel Macron, le 10 décembre, a refroidi. Le président a annoncé plusieurs mesures fortes, pour tenter de répondre à la demande de pouvoir d'achat des «gilets jaunes». Exemple avec le revenu des personnes au SMIC augmenté de 100 euros, l'annulation de la hausse de la CSG pour les retraités touchant moins de 2.000 euros par mois ou encore la défiscalisation des heures supplémentaires.

Plusieurs «gilets jaunes» ont déclaré être satisfaits après ces annonces, comme par exmple Jacline Mouraud, qui a appelé à ne plus manifester et à arrêter de bloquer les ronds-points. Autre raison de cette mobilisation en baisse : l'attentat de Strasbourg le 11 décembre. 

Outre la peur qu'a pu susciter cette attaque, de nombreux gilets jaunes ont pris conscience de la grande fatigue physique et morale des policiers et gendarmes et ne souhaitent plus continuer à participer à des manifestations qui usent les forces de l'ordre.

L'approche de Noël peut également expliquer ce ralentissement du mouvement. Enfin, il est plus difficile de sortir de chez soi et de rester dehors lorsque la météo est mauvaise. La chute des températures et le mauvais temps ont émoussé l'envie de certains «gilets jaunes» d'aller exprimer leur mécontentement dans la rue. 

Guillemette Halard

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles