50 ans du Concorde : revivez en vidéo le premier vol du Concorde

Par
Mis à jour le Publié le

Le dimanche 2 mars 1969, le Concorde effectuait son premier vol après une longue attente et des incertitudes, sous les commandes du pilote d'essai André Turcat, devant une foule de curieux. Le spectacle est également retransmis en direct à la télévision.

Vers 15h40, sous un ciel dégagé après une matinée où les pistes de l'aéroport Toulouse Blagnac étaient plongées dans la brume, l'avion supersonique franco-britannique s'élève dans le ciel. «Concorde flies at last !» («le Concorde vole enfin !»), déclare le commentateur de la BBC Raymond Baxter.

Le «rugissement» des quatre puissants réacteurs et la silhouette «d'oiseau de proie» de l'appareil ne passent pas inaperçus dans la vallée de la Garonne, rapporte à l'époque l'AFP. «La circulation s'est arrêtée sur la route nationale 113 en direction de Bordeaux (...). Des milliers de personnes disséminés dans la campagne, la main sur le front, assistent à la première manoeuvre aérienne» du Concorde.

Le vol d'essai dure environ 27 minutes. A bord du «prototype 001», André Turcat, son copilote Jacques Guignard, le mécanicien navigant Michel Rétif et l'ingénieur Henri Perrier. Ils effectuent une boucle au-dessus de la Garonne à allure réduite et train d'atterrissage sorti. En effet, il ne s'agit pas cette fois de montrer les prouesses en termes de vitesse que peut accomplir le «grand oiseau blanc», mais de montrer qu'il peut voler.

«Ce premier vol n'est pas un achèvement»

L'équipage du Concorde navigue dans des conditions compliquées. «Sous nos casques, nous suons bientôt à grosses gouttes», a raconté André Turcat dans son livre «Concorde». Car à bord, trois des quatre systèmes d'air conditionnés sont en panne et la chaleur des calculateurs embarqués fait rapidement grimper la température.

Des applaudissements se font entendre à l'atterrissage de l'appareil. «Nous voyons que la machine est fameuse», déclare le commandant de bord devant des centaines de journalistes. «Ce premier vol n'est pas un achèvement. C'est le départ de notre travail.»

Il faudra attendre presque sept ans pour le démarrage véritable du Concorde avec une mise en service commerciale conjointe, le 21 janvier 1976, par Air France et British Airways, lors de vols inauguraux Paris-Rio et Londres-Bahreïn. Mais ces deux compagnies ont été les seules à l'exploiter, jusqu'au crash fatal de Gonesse, le 25 juillet 2000, qui a fait 113 morts. Cet accident accélère la mise à la retraite de l'avion.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles