Irak : les Français condamnés à mort embarrassent le gouvernement

Par
Mis à jour le Publié le

C'est une situation diplomatique qui embarrasse le chef de l'État. Le sort de sept djihadistes français condamnés à la peine de mort par la justice irakienne pour appartenance à Daesh, dimanche 26 et lundi 27 mai.

Le 28 mai, lors d’une conférence de presse organisée à l’Elysée, Emmanuel Macron était resté prudent car il fait face aujourd'hui à deux principes contradictoires.

D'un côté, - le gouvernement l'affirme depuis des mois - les ressortissants français partis rejoindre Daesh doivent être jugés sur place, et y purger leur peine en cas de condamnation. Le Quai d'Orsay a d'ailleurs jugé ce mercredi le procès «équitable». 

De l’autre, la France reste fermement opposée à la peine de mort. Ces sept ressortissants ont un mois pour faire appel. A Bagdad, les procès se poursuivent. Au total, douze français sont jugés en Irak.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles