Féminicides : l'oncle d'une victime témoigne

Par
Mis à jour le Publié le

Le 3 juillet, une jeune femme de 20 ans, enceinte de 3 mois a été tuée par son conjoint. C'est le 71ème féminicide depuis le début du mois de janvier. Chaque année, plus d'une centaine de femmes subissent le même sort. Parmi elles, Aïssatou Sow, tuée en octobre 2016. Son oncle témoigne.

Sur les murs de l'appartement familial à Valenton (Val-de-Marne), Noël Agossa contemple le visage de sa nièce Aïssatou, alors enfant. C'est à quelques mètres d'ici qu'elle est décédée il y a trois ans, sous les coups de son ex-petit ami. Elle avait 21 ans. Rouée de coups, Aïssatou passe six semaines dans le coma avant de décéder.

Le drame survient après des mois de harcèlement et de violences. Des plaintes qu'elle a retirées à chaque fois par peur, selon son oncle. L'ex-petit ami d'Aïssatou a été arrêté le jour du drame. Incarcéré, il sera jugé à la fin de l'année.

Noël Agossa a créé le collectif «Plus jamais ça» pour épauler les victimes de violences conjugales.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles