Paris : les bus touristiques bientôt mieux régulés dans le centre-ville

Par
Mis à jour le Publié le

Les bus touristiques ne sont plus les bienvenus à Paris. La municipalité parisienne souhaite désormais exclure les bus touristiques de son centre-ville. Elle veut inciter les touristes à visiter le centre-ville à pied, en vélo ou en transports en commun.

La municipalité parisienne ainsi à répondre aux plaintes de la population locale concernant les nuisances causées par ce tourisme de masse mais aussi en matière de pollution même si la mesure ne fait pas l’unanimité auprès des touristes étrangers.

Selon la mairie, il s'agit surtout d'une régulation nécessaire et indispensable, qui vise notamment à réduire la pollution dans la capitale. D’ici à 2024, les bus touristiques devront d'ailleurs aussi se plier à l’interdiction du diesel dans Paris.

«Mettre fin au flou juridique»

Il s'agit également de «mettre fin au flou juridique» qui entoure depuis des années l’exploitation des services réguliers de bus à destination principale des touristes qui circulent dans la capitale. Et qui, à l'instar du déploiement des trottinettes électriques dans la capitale, n'est soumis à aucune réglementation.

Et pour ce faire, la municipalité parisienne commence déjà à travailler à ce sujet, en mettant notamment en place une procédure qui obligera les compagnies de bus touristiques à occuper «certains points d'arrêt», seuls stationnements qui seront alors autorisés.

Une délivrance d'agrément

En parallèle, Île-de-France Mobilités (IDFM) a lancé ce 1er juillet une procédure permettant «la délivrance d’agrément aux compagnies souhaitant exercer une activité d’exploitation de lignes touristiques dans Paris».

Pour IDFM, c'est le moyen de «s’assurer de la qualité des candidats (capacités économiques, financières, techniques et professionnelle) et du respect par ces derniers d’un certain nombre d’engagements». Les opérateurs qui répondront aux critères seront ainsi éligible, avant de pouvoir obtenir de la ville, gestionnaire de voirie, «un avis conforme concernant l’occupation des points d’arrêt proposés».

Huit critères à respecter

Les candidats ont jusqu’au 10 septembre pour envoyer leur dossier à Île-de-France Mobilités, et devront respecter un certain nombre de critères définis par l'organisme de régie des transports en commun en Ile-de-France. Leur égibilité leur sera ensuite annoncé début novembre.

Huit critères seront donc à respecter : disposer de garanties professionnelles et financières suffisantes, faire circuler un maximum de 36 bus, s'équiper d'une flotte de véhicules propres (50 % en 2022, 70 % en 2023 et 100 % en 2024), ne pas emprunter les voies réservées à la circulation des bus et des taxis, ne pas utiliser les arrêts de bus des lignes régulières, ne pas stationner au sein des espaces de terminus des bus, limiter les arrêts à ceux qui seront autorisés par la ville de Paris et délivrer aux conducteurs une formation adéquate à la conduite douce et à la gestion des situations conflictuelles.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles